Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Isolants en laine : faut-il craindre les mites ?

© Galinet
legende © Galinet
C’est presque l’isolant idéal : une ressource abondante, renouvelable et recyclable, de très bonnes performances thermiques. Reste sa vulnérabilité vis-à-vis des mites… C’est là que le bât blesse.
Partager cet article :
|
La laine de mouton est employée comme isolant thermique depuis le début des années quatre-vingt-dix en Allemagne et en Australie. Mais ses qualités isolantes sont utilisées dans l'habitat depuis des millénaires, comme en attestent les yourtes recouvertes de feutre des Mongols et de nombreux peuples d'Asie centrale.

D'indéniables qualités

  • La matière première, renouvelable et recyclable, est abondante en France, avec une filière laine en difficulté qui a besoin de nouveaux débouchés pour maintenir ses outils de transformation.
  • Sa conductivité thermique (lambda) est très bonne : 0,04 W/m.°C, équivalente à celle des laines minérales (*** lien vers Quel isolant choisir ?).
  • Difficilement inflammable, la laine n'émet pas de fumées toxiques.
  • Très agréable à poser et à manipuler, elle ne produit pas de poussières et très peu de fibres inhalables.
  • Très perméable à la vapeur d'eau, elle possède une étonnante capacité à absorber jusqu'à 33 % de son poids d'eau sans perdre ses capacités isolantes.

Quelques points faibles

  • Les isolants à base de plume doivent eux aussi être traités contre les mites - © Antoine Bosse-PlatièreLes isolants à base de plume doivent eux aussi être traités contre les mites - © Antoine Bosse-Platière
    Une capacité thermique (déphasage) très moyenne qui ne lui permet pas d'assurer un très bon confort d'été, à moins de l'associer dans ce cas isolant laine et panneaux de fibres de bois.
  • Une transformation complexe : tonte, collecte et tri, battage, démêlage, lavage, cardage, aiguilletage ou thermoliaison... qui génère surcoûts et transports. Grâce à la mise en place de filières régionales, le prix reste cependant compétitif : 12 à 15 € TTC le m2 pour 10 cm d'épaisseur.
  • Enfin, la laine est essentiellement composée de kératine, protéine que l'on retrouve aussi dans les cheveux, les ongles, les plumes... et dont se nourrissent les mites. En l'absence de traitement de protection, elles y font de très gros dégâts.

Attention à la laine brute

Plusieurs sortes de graisses sont secrétées pour protéger la fibre sur l'animal, notamment le suint. Il est soluble dans l'eau froide, mais assurerait une protection naturelle contre les mites. D'où l'idée d'utiliser de la laine brute non lavée en isolation, malgré une odeur forte qui persiste durant trois ou quatre mois. Certains autoconstructeurs s'en accommodent et font la promotion de cette solution sur des forums Internet.

Combien de temps dure cette "protection" par le suint ? C'est la grande question. En tout cas, ceux qui adoptent cette solution prennent de gros risques. La plupart des réponses reçues à notre appel à témoignages - nous en avons reçu une dizaine - concernent la laine brute. Les infestations interviennent parfois au bout de quelques mois, devenant vite massives, avec dégradation rapide de l'isolant. Même les traitements chimiques n'en viennent pas à bout. La maison peut devenir quasiment inhabitable. Climat humide et chaud, hivers doux semblent être favorables aux infestations précoces... Seule véritable solution : retirer la laine, tout nettoyer et mettre un autre isolant. Autant dire qu'il faut déconseiller l'usage de la laine brute pour l'isolation. Un autre témoignage reçu concerne des plumes de récupération, avec le même type d'infestation. Parfois, il s'agit d'isolants lavés et texturés, mais dont le traitement antimite a été défaillant.

Quelle protection ?

Débarrassée du suint et de son odeur, la laine des rouleaux d'isolants doit être protégée contre les mites. Les deux traitements les plus utilisés sur la laine, le Sulfucoron (Mitin FF) qui inhibe chez les mites la synthèse de l'enzyme leur permettant de digérer la kératine, et la perméthrine (Konservan), un pyréthrinoïde neurotoxique, sont remis en cause du fait de leur toxicité pour les organismes aquatiques et pour l'environnement. Stéphane Boileau, créateur d'Étoile du Berger, qui commercialise des isolants en laine d'origine française, utilise une solution de sels de bore, par trempage, pour assurer une imprégnation uniforme. Des tests de vieillissement accéléré réalisés en 2001 en Australie laissent espérer un effet protecteur de plusieurs décennies. Mais ce produit minéral qui rend la laine inconsommable par les mites restera-t-il lié aux fibres aussi longtemps que ce qu'on attend d'un élément de construction ? Faute de recul, il est difficile d'être catégorique. La confiance des consommateurs et des professionnels de la construction ne pourra s'acquérir que dans la transparence, avec des essais et des certifications. Affaire à suivre.
Antoine Bosse-Platière

Voir les articles en archives "Isolation en laine brute et mites" (n°144 - janvier-février 2004) et "Isolation en laine et mites" (n°167 - novembre-décembre 2007) des 4 Saisons du jardin bio.

Notre sélection de livres

Le guide Terre vivante de l'habitat sain et naturel

Livre Le guide Terre vivante de l'habitat sain et naturel
Aménagement, décoration et entretien

Aménagement, décoration, entretien... La bible !

(19,5 x 24 cm); 32,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante