• Vous êtes ici :
  • Accueil > 
  • Actualités
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités de l'écologie pratique

6 résultats sur 547 - Page 1/92
1[2][3][4][5][6][Dernière]
Jardin Bio

La vente de plants potagers autorisée

repiquage de plants©DEvesque

03/04/20 – La secrétaire d'État Agnès Pannier-Runnacher a annoncé mercredi 1er avril devant le Sénat que la vente des plants potagers était désormais considérée « comme un achat de première nécessité. » Une autorisation qui comprend également les arbres fruitiers et constitue une excellente nouvelle pour certains horticulteurs, pépiniéristes et de nombreux jardiniers.

La vente est donc autorisée :

- sur les marchés ouverts autorisés par dérogation préfectorale ;
- dans les rayons des jardineries actuellement ouvertes au titre des activités autorisées : fourniture nécessaire aux exploitations agricoles, commerce d'aliments et de fournitures pour animaux de compagnie... ;
- via des dispositifs de retrait de commande et/ou des services de livraison à domicile mis en place par les jardineries ou par les producteurs (de type drive) ;
- via la vente directe par les pépiniéristes sur le lieu de production, sous réserve de la prise préalable de rendez-vous entre les clients et le producteur.

L'application de la directive semble néanmoins changer en fonction des préfectures, avec des autorisations qui incluent parfois les plantes d'ornement et parfois non. Il semblerait que la directive soit restreinte aux plants potagers. Mais d'après le quotidien La Montagne, un communiqué de la préfecture de région Auvergne-Rhône-Alpes stipule que « la livraison à domicile de produits horticoles, y compris des plantes d'ornement et des fleurs, est autorisée dans le cadre général permettant ce type de vente. » Ce qui semble logique et plus simple à contrôler, car de nombreux professionnels fournissent à la fois des plants horticoles et des plants potagers. Par ailleurs, la préfecture de région précise que la vente de plants destinés aux professionnels est également autorisée : elle entre dans la catégorie des fournitures nécessaires aux exploitations agricoles.

Par contre, la préfecture du Lot ou celle de Dordogne excluent quant à elle les plantes d'ornement du dispositif. Une situation difficile à vivre pour les horticulteurs, pour qui le printemps est une période cruciale : mars, avril et mai représentent en général la moitié de leur chiffre d'affaires annuel.

La situation va-t-elle évoluer ? C'est possible. À suivre !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons

Habitat écologique

Rénovation performante : un MOOC pour se former

02/04/2020 – Si le sujet de la rénovation performante des bâtiments vous intéresse, vous pouvez profiter de la prolongation, jusqu'au 28 avril, des inscriptions au MOOC proposé par l'Asder et Arcanne.

Ce MOOC aborde les clés de la réhabilitation énergétique : isolation, étanchéité à l'air, gestion des ponts thermiques, adaptation des systèmes (ventilation, chauffage, eau chaude), mais aussi gestion des échanges avec les autres professionnels de chantier. Au-delà de la performance énergétique, la qualité de l'air intérieur et le confort de vie sont aussi intégrés.

Destiné particulièrement aux professionnels du bâtiment, artisans et professionnels de chantier, il est ouvert à tous. L'enseignement est proposé sous forme de cours en vidéo, de quiz, de focus animés et d'interviews... Compter 1 h 30 à 3 h de travail par semaine. De nombreuses ressources complémentaires sont aussi téléchargeables.

Inscriptions jusqu'au 28 avril.

Jardin Bio

Les apiculteurs ne sont pas confinés

essaim rucher

30/03/20 – Les apiculteurs, même amateurs, peuvent continuer à s'occuper de leurs ruches malgré le confinement. Une instruction de la DGAL (direction générale de l'alimentation), service centrale du ministère de l'agriculture, prévoit les modalités de continuité de certaines activités apicoles jugées essentielles. Les apiculteurs peuvent ainsi visiter leurs ruchers, contrôler l'état des colonies en termes sanitaires, opérer au nettoyage, au remplacement des cadres, récolter les produits de la ruche, faire des opérations de conditionnement de leur miel, constituer des essaims et faire l'élevage de reines. En clair, ils peuvent faire tout ce qu'ils jugent nécessaire pour le bon état de leurs ruches.

Une autorisation d'autant plus importante que le printemps est précoce et que les apiculteurs ont besoin de faire le point et d'intervenir dans leurs ruches car les abeilles sortent de leur hivernage et partent butiner et polliniser. Dans certaines régions, comme en Bretagne du sud, « c'est le printemps le plus avancé, du jamais vu depuis quarante ans ! » selon Loïc Leray, apiculteur professionnel en Loire-Atlantique et vice-président de l'UNAF (Union nationale des apiculteurs français).

Lors de ses déplacements, l'apiculteur doit se munir de son attestation de sortie et d'une copie de sa déclaration de ruche avec n° de NAPI (déclaration de ruche).

Marie Arnould, de la rédaction des 4 saisons

Jardin Bio

Et si vous participiez au concours Jardiner autrement ?

Concours Jardiner autrement 2020

24/03/2020 - « Oublier les jardins parfaits, partager les bonnes pratiques » : c'est l'invitation lancée par le concours Jardiner autrement de la SNHF. Depuis 2011, il récompense « les démarches les plus abouties en termes de préservation des équilibres biologiques au jardin ». Ce concours est ouvert à tous, quelle que soit la surface de l'espace de jardinage, avec ou sans potager, en extérieur ou en intérieur. Il suffit de présenter son espace, ainsi que ses pratiques de jardinage, respectueuses de l'environnement.

Le dossier - à télécharger sur le site - est à compléter de 5 à 10 photographies les plus significatives de la personnalité du jardinier et représentatives des pratiques, ainsi que d'un plan du jardin. La notion de partage des savoir-faire est également prise en compte. Une belle occasion de faire découvrir ce jardin que vous bichonnez de tout votre cœur !
Clôture du concours : 29/05/2020. Dossier à retourner par mail à concours@jardiner-autrement.fr, ou par courrier, cachet de la poste faisant foi, à Société Nationale d'Horticulture de France, Concours Jardiner Autrement, 84 rue de Grenelle 75007 Paris.

Véronique Buthod, de la rédaction des 4 saisons

Jardin de Philippe Rigaux, dans le GardJardin de Philippe Rigaux, dans le Gard

Jardin Bio

Les mal-aimés au jardin

Mal-aimes

20/03/2020 - Si vous avez la chance d'avoir un jardin, voici un projet dans lequel vous pouvez vous inscrire avec vos enfants. Une activité utile et facile à partager, à adapter aux bêtes du jardin ! La fédération des clubs CPN - Connaître et protéger la nature - a en effet lancé une campagne "Les mal-aimés, j'adore", pour réhabiliter ces bêtes gluantes, rampantes et piquantes, mais qui ont une utilité dans l'écosystème ! Car les guêpes sont des pollinisatrices, les moustiques constituent la base de l'alimentation des oiseaux et les limaces sont des détritivores (et oui, même si elles nous énervent à dévorer nos plants !)... L'idée de la campagne, qui s'adresse tout particulièrement aux enfants, est de se transformer en ambassadeurs des mal-aimés : il faut mener l'enquête et découvrir qui sont les mal-aimés dans son entourage. Ensuite, grâce au site "Les mal-aimés, j'adore !", on reçoit son kit d'ambassadeur, avec des outils pédagogiques pour sensibiliser autour de soi, voire programmer des petites actions de connaissance et de protection. Ludique !
lesmalaimesjadore.org

Habitat écologique

Construction : nouvelle norme énergétique

20/03/2020 – En termes d'efficacité thermique, nous avons fait du chemin depuis l'arrêté du 10 avril 1974, qui impose aux nouveaux logements un niveau minimum d'isolation. Les logements construits à l'époque ont une consommation moyenne de chauffage de 225 kWh/m2.an.

Progressivement, les règlementations thermiques (RT) successives ont permis de réduire la consommation de chauffage et d'eau chaude dans les logements neufs, passant de 150 kWh/m2.an (RT2005) à 50 kWh/m2.an (RT2012) puis 12 kWh/m2.an avec la nouvelle "réglementation environnementale" (RE2020).

Celle-ci va même plus loin : d'autres objectifs, comme le confort d'été et l'impact carbone, sont désormais pris en compte, laissant imaginer des constructions encore plus vertueuses.

Josselin Rivoire, de la rédaction des 4 saisons

6 résultats sur 547 - Page 1/92
1[2][3][4][5][6][Dernière]
© 2008 Terre vivante