• Vous êtes ici :
  • Accueil > 
  • Actualités
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités de l'écologie pratique

6 résultats sur 568 - Page 1/95
1[2][3][4][5][6][Dernière]
Jardin Bio

La plus grande ferme urbaine en toiture d’Europe à Paris

Culture hydroponique

Marsraw, Pixabay

26/10/2020 – La toiture du Pavillon six de Paris Expo, dans la capitale, accueille depuis le printemps 2020 une ferme urbaine destinée à devenir un modèle mondial de production responsable. Intitulé Nature urbaine, le projet d’agriculture urbaine évoluera à terme sur 14 000m2, devenant ainsi la plus grande ferme urbaine en toiture d’Europe.

D’ici 2050, près de 70 % de la population mondiale vivra en ville selon les prévisions de l’ONU. Si le chiffre actuel tourne autour de 55 %, 80 % des aliments produits dans le monde sont pour autant destinés à être consommés dans les espaces urbains. Pour la FAO, la sécurité alimentaire et la nutrition dans ce type de zone doivent passer par la « gestion des systèmes alimentaires dans les zones urbaines et périurbaines ». Si l’agriculture urbaine n’a pas vocation à remplacer l’agriculture traditionnelle, elle doit cependant lui être complémentaire selon Pierre Hardy, fondateur et président d’Agripolis et Nature urbaine.

Nature urbaine, sur la toiture du Pavillon six de Paris Expo, proposera ainsi une vingtaine d’espèces de fruits, légumes et aromates – sans insecticides –, notamment destinées à des hôtels et restaurants dans un périmètre réduit. « Saisonnalité, cueillette à maturité, circuits courts, goût, qualité et gourmandise » sont ses mots d’ordre. Le projet se veut hyperlocaliste et responsable, visant à sensibiliser les citoyens sur leurs manières de consommer, tout en augmentant la résilience des villes en produisant « au plus proche des lieux de consommation ».

À côté des zones dédiées à l’exploitation maraîchère et des 135 parcelles de cultures louables à l’année, Nature urbaine offre également des ateliers découverte, dégustation et autres visites pédagogiques. Serre et pergola réservables pour des événements, cours de yoga, restaurant et bar Le Perchoir sur place, la ferme en toiture du 15e arrondissement de Paris entend devenir un modèle de production urbaine responsable à l’échelle mondiale.

Utilisant des méthodes d’aéroponie et d’hydroponie, les cultures sont installées à la verticale en colonnes, ou en gouttières irriguées en eau et nutriments dans un cycle fermé. Avec ses futurs 14 000m2 aménagés – prévus pour 2022 – Nature urbaine sera la plus grande ferme urbaine en toiture d’Europe.

Nature Urbaine

Toit du Pavillon 6, Paris Expo, Porte de Versailles

4 avenue de la Porte de la Plaine, Paris 15

Habitat écologique

Rénovation énergétique des logements : l’aide MaPrimeRénov’ ouverte à tous

Radiateur Julian Hochgesang Unsplash

Julian Hochgesang, Unsplash

26/10/2020 – Initialement destinée aux propriétaires occupants les plus modestes, l’aide forfaitaire MaPrimeRénov’ a été élargie, lundi 5 octobre, à l’ensemble des propriétaires, occupants et bailleurs, ainsi qu’aux copropriétaires, quels que soient leurs revenus. Ces modifications visent à inciter les ménages à s’engager dans des travaux de rénovation énergétique des logements pour réduire la consommation énergivore et l’empreinte carbone de ce secteur.

Représentant près de 45% de l’énergie consommée nationalement, le secteur résidentiel-tertiaire est le secteur le plus consommateur d’énergie en France, devançant les secteurs des transports et de l’industrie. Chauffage, eau chaude, cuisson et utilisation d’appareils électriques… les bâtiments participeraient également à plus de 25 % des émissions de gaz à effet de serre nationales.

Pour améliorer les performances énergétiques des logements, le Gouvernement a mis en place plusieurs aides pour les ménages, dont notamment les certificats d’économie d’énergie et, depuis début 2020, MaPrimeRénov’. Dans le cadre du plan France Relance, des modifications ont été annoncées lundi 5 octobre à cette dernière, ouvrant l’aide à tous. Jusqu’alors destinée aux ménages aux revenus les plus modestes, tous les foyers seront dorénavant éligibles à MaPrimeRénov’. Le niveau de revenus sera pris en compte pour déterminer le montant de l’aide forfaitaire, ainsi que les gains écologiques apportés par les travaux. MaPrimeRénov’ sera également ouverte à tous les propriétaires (occupants ou bailleurs) ainsi qu’aux copropriétaires. Ces nouveaux bénéficiaires pourront déposer leur dossier pour bénéficier de l’aide à partir de janvier 2021.

7 millions de logements en France sont encore mal isolés, dont 4,8 millions sont qualifiés de « passoires thermiques », très énergivores, particulièrement en chauffage. Les travaux éligibles à MaPrimeRénov’ seront notamment ceux pour changer le système de chauffage, installer une ventilation ou isoler le logement. Les travaux devront être réalisés par une entreprise « RGE », reconnue garante de l’environnement. La plateforme d’accompagnement FAIRE recense ces professionnels agréés, permet de réaliser des simulations en ligne et propose des écogestes à adopter au quotidien pour réduire sa consommation énergétique.

Améliorer les performances énergétiques des logements permet à la fois de faire des économies d’énergies et d’argent, mais aussi de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Pour accélérer la transition, le Gouvernement a également annoncé un forfait encourageant des travaux ambitieux de rénovation globale, ainsi que des bonus de sortie du logement des catégories énergétiques F ou G, et de récompense des logements atteignant les catégories A ou B. MaPrimeRénov’ étant cumulable avec les autres aides, les ménages les plus modestes pourront voir jusqu’à 90 % du coût total des travaux financé.

MaPrimeRénov’ s’inscrit dans une volonté de simplifier et rendre plus efficace le système d’aides pour la rénovation énergétique, fusionnant en partie le CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique) et les aides Anah, de l’Agence nationale de l’Habitat. Avec l’ajout d’une enveloppe de 2 milliards d’euros supplémentaires prévus sur deux ans, MaPrimeRénov’ devient l’aide principale en matière de rénovation énergétique et devrait participer, selon le Gouvernement, « à la relance de l’activité économique en générant plus de 6 milliards d’euros de travaux et la création de 22 000 emplois d’ici 2022 ».

Jardin Bio

Les plantes en fête au Domaine de Péré les 17 et 18 octobre

Iris S. Hermann & F. Richter sur Pixabay

S. Hermann & F. Richter, Pixabay

15/10/2020 – Découverte de fleurs de collection, de variétés botaniques anciennes et d’agrumes rares, le Domaine de Péré à Prissé-la-Charrière ouvre ses portes le weekend des 17 et 18 octobre pour sa fête biannuelle des plantes et du jardin. Nouveauté pour cette 43e édition : en plus de la centaine d’exposants attendus, quatre conférences sur le monde végétal seront également proposées.

Deux fois par an depuis 1996, François-Xavier Bastard de Crisnay, propriétaire du château familial de Péré en Nouvelle-Aquitaine, accueille dans son jardin des milliers de visiteurs et professionnels passionnés par les végétaux. Pour sa 43e édition, la Fête des plantes et du jardin devrait recevoir plus d’une centaine d’exposants autour des thématiques des plantes, du bien-être végétal, de la gourmandise et de la décoration de jardin. Collections de pivoines, glycines, iris, sauges ou encore rosiers anciens accompagneront les étalages d’arbustes, fruitiers peu communs, plantes aquatiques, vivaces, aromatiques et médicinales. De 10 h à 18 h, venez découvrir les créations botaniques de pépiniéristes de toute la France, vanneries, bijoux, sculptures et autres produits artisanaux écologiques.

Quatre conférences autour de la vie de l’arbre, de l’habitat et du bois, des plantes de milieux secs et de la résilience alimentaire des territoires seront dispensées par des spécialistes, ingénieurs et chercheurs en biologie végétale. Une restauration permanente sera également disponible, en plus des produits alimentaires bio et véganes, épices et condiments, thés, légumes secs ou encore chocolat proposés à la vente. La Fête des plantes et du jardin du Domaine de Péré vous invite à « laisse[r] pour quelques instants vos vies agitées de côté et pren[dre] le temps de cultiver votre jardin ».

Des mesures sanitaires ont été prévues pour la tenue de l’événement en toute sécurité.

Domaine de Péré, 79360 Prissé-la-Charrière France

Programme et conférences en suivant ce lien.

Alimentation et bien être

Participez à la lutte contre le gaspillage alimentaire le 16 octobre

Gaspillage alimentaire

Hans, Pixabay

15/10/2020 – Pour la septième année consécutive, la France dédiera le 16 octobre prochain à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Exacerbé par la pandémie du COVID-19, le gaspillage alimentaire a de lourdes conséquences socio-environnementales. Une journée pour rappeler l’ampleur du problème tout en invitant à agir au quotidien à son propre niveau.

Plus de 20 kg de déchets alimentaires par personne sont gaspillés en France chaque année selon l’Ademe. Cela représenterait 150 € en moyenne par personne, soit plus d’une dizaine de milliards d’euros en France par an. Bien que la France se soit dotée d’un certain nombre de règlementations en la matière (notamment le pacte de lutte contre le gaspillage alimentaire de 2013, la loi Garot de 2016, ou encore la loi EGalim de 2018), le gaspillage continue d’augmenter. Parallèlement, de nombreux Français se retrouvent en situation d’insécurité alimentaire. Intrinsèquement liés, la date du 16 octobre choisie par la France en 2013 pour sa journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire correspond ainsi à la journée mondiale de l’alimentation. La journée internationale de sensibilisation aux pertes et au gaspillage alimentaires a célébré quant à elle sa première édition le 29 septembre 2020.

Les causes et conséquences du gaspillage :

Chaque année, un tiers des aliments produits dans le monde serait perdu, jeté ou dégradé selon la FAO. Les causes sont multiples et apparaissent à chaque étape de la chaîne d'approvisionnement : mise de côté des fruits et légumes pour leur forme et taille lors de la production ou de l’achat par les consommateurs, transports défaillants (ne respectant pas par exemple la chaîne du froid), transformation non optimale des aliments, mauvais stockages ou encore achats excessifs et mauvaise lecture des dates de péremption en sont des exemples. La crise sanitaire a également contribué à une augmentation du gaspillage liée à une hausse des achats de nourriture par « peur de manquer ». Gaspiller des aliments revient indirectement à gaspiller les ressources pour les produire, les transformer ou encore les transporter. En France, le gaspillage alimentaire seul représenterait 3 % des émissions de gaz à effet de serre de l’activité nationale selon l’Ademe.

Les astuces à adopter au quotidien :

Chaque acteur est essentiel pour lutter contre le gaspillage alimentaire et aider à répondre tant aux objectifs internationaux de développement durable qu’aux objectifs nationaux de la France de réduire, d’ici 2030, de 50 % par rapport à son niveau de 2015 le gaspillage dans les domaines de la consommation, de la production, de la transformation et de la restauration commerciale.

Le Gouvernement français, l’Ademe et d'autres organismes ont donné quelques conseils pratiques pour réduire le gaspillage de nourriture :

  • Eviter de suracheter : n’achetez que ce dont vous avez réellement besoin, planifiez vos repas et votre liste de course, dosez et adaptez les quantités, et limitez les achats compulsifs.
  • Les fruits et légumes « moches » ont les mêmes qualités que ceux avec une belle apparence.
  • Cuisiner les restes : prenez l’habitude d’utiliser vos restes, de tester de nouvelles recettes, et pour les déchets organiques non utilisables, tentez le compostage.
  • Bien lire les dates de péremption : faites la distinction entre les dates limites de conservation, dates de limite d’utilisation optimale ou encore date de durabilité minimale.
  • Un bon stockage pour vos aliments : privilégiez les récipients hermétiques, vérifiez que vos emballages soient bien fermés, ne laissez pas vos fruits et légumes s’abimer…

Pour aller plus loin :

Quelques idées de recettes anti-gaspi pour cuisiner les restes et faire des économies en suivant ce lien.

Quelques applications mobiles pour limiter le gaspillage : Too good to go, Frigo magic, Optimiam, The Food life.

Jardin Bio

La Fête de la Nature 2020 pour célébrer partout en France la biodiversité

potager de poche fleuri ©ABossePaltière

©ABossePaltière

1/10/2020 – Reportée en raison de la pandémie du COVID-19, la Fête de la Nature se déroulera du 7 au 11 octobre 2020 partout en France, en ville comme en campagne, en métropole comme en Outre-mer. Cinq jours pour observer, s’informer et célébrer la diversité du vivant. Rencontres et échanges entre novices et professionnels passionnés, la Fête de la Nature 2020 invite à s’inspirer les uns des autres, avec pour mot d’ordre : « Prenons-en de la graine ! »

Pour sa quatorzième édition, la Fête de la Nature revient toujours plus forte avec pas moins de 788 lieux de manifestation sélectionnés. Au programme : séances d’observation ou de jardinage, jeux, balades et randonnées guidées, projection de films, conférences ou encore expositions ouvertes à toutes et à tous. Les secteurs associatif, public et privé ainsi que les particuliers se mobilisent pour vous faire découvrir gratuitement parcs urbains, espaces naturels protégés, jardins privés et terrasses aménagées.

Avec une édition 2018 sur la « nature invisible » et une édition 2019 sur le « mouvement dans la nature », 2020 propose d’en « prendre de la graine [et de] semer l’envie d’agir ». S’inspirer des actions concrètes, des expérimentations et des initiatives de chacun pour préserver la biodiversité. La Fête de la Nature vous invite à « vivre l’expérience de la nature », partager connaissances, astuces et conseils dans la convivialité. Vous pourrez notamment visiter des potagers urbains, contempler les fleurs sauvages de votre rue, ou encore participer à un jeu d’énigme « escape game » au cœur des vignes.

Vous trouverez toutes les manifestations près de chez vous en suivant ce lien.

Alimentation et bien être

Sans viande ni poisson : le « Lundi vert » revient pour une nouvelle édition

Légumineuses

Photo de v2osk (Unsplash)

1/10/2020 – Près de 350 millions de tonnes de viande et 150 millions de tonnes de produits de la mer sont consommées chaque année dans le monde. La surconsommation de viande et de poisson – et ses corollaires élevage intensif et surpêche – a de lourdes conséquences sur l’environnement et la santé. Sources de protéine privilégiées, les apports protéiques journaliers recommandés peuvent pour autant être trouvés dans les végétaux et notamment les légumineuses. L’initiative Lundi vert a lancé lundi 28 septembre sa 2e campagne de mobilisation nationale : au programme des lundis sans viande ni poisson.

Initiée en 2019, la campagne de mobilisation Lundi vert propose aux Français et Françaises volontaires de s’engager à ne consommer ni viande ni poisson, une fois par semaine. Avec pour objectif de sensibiliser sur l’empreinte écologique de l’alimentation et végétaliser les assiettes, l’opération s’accompagne également d’une recherche scientifique nationale sur les changements alimentaires. Sur près de 12 000 participants à l'édition de 2019, plus de 61 % avaient notamment affirmé s’être mis à préparer des plats qu’ils n’avaient jamais réalisés auparavant, et près de 90 % souhaitaient maintenir cette nouvelle habitude.

Pourquoi arrêter la viande et le poisson une journée ?

L’argumentaire en faveur d’une réduction de la consommation de chair animale ne manque pas : de nombreuses études mettent en lumière les impacts tant environnementaux que sanitaires d’une alimentation fondée sur les produits animaux. Fortes émissions de gaz à effet de serre, grande utilisation des terres et des ressources en eau, contribution à la déforestation, l’eutrophisation et l’acidification des milieux, la surconsommation de viande favorise également les cancers, diabètes et autres maladies selon l’OMS. La surpêche contribue à la diminution voire l’extinction des « stocks » halieutiques – directement ou par les prises accidentelles –, pollue et détruit les milieux marins. L’aquaculture contribue à la dégradation de la qualité de l’eau et les êtres humains ingèrent microplastiques et métaux lourds ingurgités par les animaux marins. À ces données s’ajoutent également les questionnements éthiques liés aux conditions d’élevage – et d’abattage – intensif.

L’alternative aux produits animaux : les légumineuses

Déjà présente dans une quarantaine de pays (notamment à travers le mouvement global « Meatless Monday »), l’initiative française du Lundi vert se concentre pour l’année 2020 sur les légumineuses. Considérées comme « l’un des aliments naturels les plus nourrissants depuis la nuit des temps » selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, les légumineuses – lentilles, soja, haricots, pois chiches et autres fèves – sont pauvres en lipides, faiblement caloriques, riches en fer, fibres, glucides complexes et en protéines. Elles présentent d’importantes qualités tant nutritionnelles qu’environnementales. Puisant l’azote dans l’air et les sols pour leur croissance et améliorant la santé des sols, les légumineuses ont également une empreinte carbone plus faible que les produits d’origine animale. Selon OurWorldinData, produire 100 grammes de protéines à partir de pois émettrait près de 90 fois moins d’équivalents de dioxyde de carbone que cette même quantité de protéine à partir de bœuf.

Accompagnée de conseils et astuces, l’initiative préconise un changement progressif, volontaire et durable des habitudes alimentaires des Français et Françaises pour s’orienter vers une alimentation plus saine et moins polluante pour la planète.

Si vous souhaitez vous inscrire à l’action, vous pouvez suivre ce lien.

Pour trouver infos pratiques et idées de recettes à partir de légumineuses, vous pouvez suivre ce lien.

6 résultats sur 568 - Page 1/95
1[2][3][4][5][6][Dernière]
© 2008 Terre vivante