• Vous êtes ici :
  • Accueil > 
  • Actualités
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami
-- PUBLICITE --
Notre éthique

Actualités de l'écologie pratique

6 résultats sur 601 - Page 1/101
1[2][3][4][5][6][Dernière]
Habitat écologique

Les biocides : les pesticides domestiques oubliés

Désinfectant Squirrel_photos, Pixabay

Squirrel_photos, Pixabay

14/04/21 - Savez-vous ce qu'ont en commun le collier anti-puces de votre chien, les produits pour protéger une terrasse en bois ou les nettoyants à l'eau de javel ? Ce sont tous des biocides, des pesticides domestiques. Dangereux tant pour la santé humaine et celle des animaux que pour l'environnement, ces substances toxiques oubliées sont utilisées au quotidien. Il existe pourtant des alternatives naturelles pour s'en passer.

Avec plus de 5 400 produits pesticides domestiques identifiés dans l'étude Pesti'home menée par l'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire a pu conclure que « l'utilisation des pesticides à domicile est généralisée : 75 % des ménages ont utilisé au moins un produit pesticide dans les 12 mois précédant la date de l'enquête ». Spray et répulsifs contre les moustiques et autres insectes volants ou rampants, herbicides pour les plantes d'intérieur et d'extérieur, shampoing anti-poux et médicaments antiparasitaires, peinture et traitements contre les moisissures ou encore désinfectants, ces substances qui visent à éradiquer les organismes vivants dits nuisibles ne sont pas sélectives - destinées à un but précis, elles finissent généralement dans la nature, polluent les sols, l'air et les rivières. « Par définition actifs », ces produits sont « donc susceptibles d'induire des effets néfastes sur l'homme » selon l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

Prévention et alternatives

Identifier ces différents produits, connaître et respecter leurs précautions d'emploi, mais aussi prendre conscience de leurs effets délétères est ainsi fondamental, d'autant plus que de nombreuses solutions naturelles existent pour s'en passer. Dans cet objectif de sensibilisation et d'accompagnement, l'association Eau et rivières de Bretagne, la Maison de la bio 29 et la Maison de la consommation et de l'environnement ont publié fin 2020 une fiche d'information téléchargeable gratuitement en ligne intitulée "Les biocides, des pesticides méconnus". Pour Dominique Le Goux, chargée de mission pesticides et santé dans l'association Eaux et rivières de Bretagne, cette fiche constitue un premier pas : « C'est une découverte de ce que sont ces produits, où on peut les retrouver, essayer de faire comprendre les grandes généralités et toutes les alternatives qui sont possibles. » En effet, cette fiche invite à échanger certains produits pour d'autres plus écologiques, mais propose aussi des gestes et techniques faciles à adopter. Privilégier les répulsifs naturels et installer des moustiquaires ou des rideaux de perles permettront par exemple de se prémunir contre les moustiques. Aérer quotidiennement son logement favorisera le renouvellement de l'air ambiant, chassera les polluants intérieurs, les poussières mais aussi l'humidité et limitera ainsi les moisissures. Au-delà de l'aspect écologique, ces solutions plus saines se révèlent parfois même plus économiques que les produits chimiques : un avantage pour l'environnement, pour votre santé et pour votre porte-monnaie !

Si vous souhaitez en apprendre plus pour vous passer des biocides à la maison, vous trouverez la fiche "Les biocides, des pesticides méconnus" en suivant ce lien.

Vous pouvez également trouver des recettes pour fabriquer vous-même vos produits ménagers dans le livre Je fabrique mes produits ménagers aux éditions Terre vivante.

Madeleine Goujon

Jardin Bio

Les plantes en fête tout au long du printemps !

Fleurs, Annie Spratt, Unsplash

Annie Spratt, Unsplash

7/04/21 - Comme chaque année au printemps, les plantes et les jardins sont mis à l'honneur dans festivals, foires et fêtes partout en France. Organisés dans les enceintes de châteaux, jardins et parcs publics comme privés, nombreux événements ont été annulés ou reportés en raison des conditions sanitaires. Voici néanmoins quelques manifestations pour le moment toujours maintenues.

Avec des thématiques variées sur l'environnement et l'esthétisme lié à la nature, le bien-être que procurent les plantes, la culture dans le respect de la biodiversité ou encore l'adaptation des végétaux au changement climatique, ces fêtes et foires cherchent à réunir toutes les personnes passionnées par le monde des plantes, qu'elles soient professionnelles ou amatrices. Regroupant des dizaines de stands de pépiniéristes, paysagistes, botanistes, mais aussi artisans et artisanes ou encore producteurs et productrices du terroir, ces rendez-vous du printemps sont avant tout des lieux de dialogue, de partage et d'échange de conseils et de savoir-faire. Vous y trouverez généralement une grande diversité de végétaux "courants" à la vente, mais aussi de végétaux "rares" ou de "collection", aux caractéristiques botaniques, esthétiques ou aux vertus intéressantes comme par exemple leur capacité à épurer l'air. Le temps d'un weekend, venez troquer des graines, recueillir des astuces, découvrir des plantes mais aussi des artistes inspirés par la nature. Certaines fêtes et foires proposent également d'autres animations telles que des conférences d'associations de protection de la nature, expositions, bibliothèques spécialisées ou encore ateliers de permaculture.

Bien que certaines fêtes des plantes telles que celle du château de la Bourdaisière, celle de Sérignan-du-Comtat, ou encore celle du château de Nexon aient été annulées, voici quelques autres fêtes prévues pour le printemps 2021 pour le moment maintenues (bien que susceptibles d'être annulées ou reportées selon l'évolution des restrictions sanitaires) :

Journées des plantes d'Albertas, Bouc-Bel-AirJournées des plantes d'Albertas, Bouc-Bel-Air

Journées des plantes et art du jardin, Blandy-les-ToursJournées des plantes et art du jardin, Blandy-les-Tours

  • La fête des plantes, domaine de Saint-Jean de Beauregard (91) - reportée aux 28, 29 et 30 mai 2021.

Fête des plantes, Saint-Jean de BeauregardFête des plantes, Saint-Jean de Beauregard

Les journées Doullennaises des Jardins d'Agrément, DoullensLes journées Doullennaises des Jardins d'Agrément, Doullens

Marché aux plantes du 1er mai de BrestMarché aux plantes du 1er mai de Brest

Et quelques fêtes initialement prévues au printemps qui devraient être reportées à l'automne 2021 :

Vous pouvez retrouver les détails de ces différentes manifestations ainsi que d'autres événements sur l'onglet agenda du site Terre vivante.

Les commerces de « plantes, fleurs, graines, engrais, semences, plants d'espèces fruitières ou légumières » restent également ouverts pendant ce confinement selon le décret n° 2021-296 du 19 mars 2021 : vous pouvez ainsi continuer de soutenir vos pépiniéristes préférés !

Madeleine Goujon

Jardin Bio

Créer une malle à graines

Connaissez-vous la laitue ‘Saint-Antoine' ? « C’est une variété qui vient plutôt de Lorraine. Elle nous a été transmise par un ami. On la trouve intéressante parce qu’elle se sème tôt et résiste bien au gel », explique Benoît Perin. Avec quelques amis, il a créé il y a huit ans, dans le sud de l’Aisne, une “malle à graines” qui distribue notamment cette variété.

Le principe de la malle est simple : chacun apporte des graines de variétés plutôt anciennes et locales, et non hybrides, afin de les redistribuer gratuitement, notamment lors de la fête des légumes anciens de Rocourt-Saint-Martin, qui se déroule tous les ans à la mi-octobre. « L’idée, c'est de faire connaître ce patrimoine, de faire prendre conscience de l'incroyable diversité du vivant. Et de montrer que c'est très simple ! Une malle, une valise, quelques amis, des graines, et vous pouvez faire beaucoup autour de vous, à l'échelle de votre quartier ou de votre village ! »

Plus d’informations : doador@club-internet.fr

Marie Arnould, de la rédaction des 4 saisons

Habitat écologique

Biennale des villes en transition 2021 : 4 jours pour penser la ville de demain

Biennale Villes en transition 2021, Ville de Grenoble

Biennale villes en transition 2021, ville de Grenoble

31/03/21 - La biennale des villes en transition organisée par la ville de Grenoble revient pour sa troisième édition du 1er au 4 avril 2021. Principalement en ligne, de nombreux ateliers, conférences et débats seront proposés pour repenser la ville d'aujourd'hui et de demain.

Partant du constat que « notre modèle de société n'est pas compatible avec les limites de notre planète », la ville de Grenoble organise pour la troisième fois sa biennale des villes en transition du 1er au 4 avril pour réfléchir collectivement et mettre en place des outils pour modifier la trajectoire de notre modèle. Avec pour thématique « le temps de l'essentiel », l'événement offre quatre jours pour repenser les bases d'une société plus respectueuse de l'environnement, mais aussi plus démocratique et sociale. Faisant suite à la biennale sur l'habitat durable, la biennale des villes en transition invite à faire évoluer l'urbanisme « pour construire une meilleure qualité de vie dans l'espace public » selon la page Facebook de la ville.

Sensibiliser et agir

En 2019, certaines soirées de la biennale avaient attiré près d'un millier de personnes au Palais des sports de Grenoble, dont notamment celle animée par Pablo Servigne dans le cadre du cycle de rencontres « Défier les catastrophes, réussir les transitions ». Au vu des contraintes sanitaires, la biennale 2021 sera quant à elle majoritairement en ligne. Elle proposera néanmoins ateliers, conférences, débats, quiz et autres échanges pour réfléchir, ensemble, aux solutions concrètes permettant cette triple transition sociale, démocratique et environnementale. L'idée étant de s'inspirer et mettre en lumière des innovations et expériences locales mais aussi nationales et internationales. Éco-quartiers, mobilité douce, gestion des déchets, matériaux naturels, résidence autonome en énergie ou encore repair café seront abordés durant la biennale. Pour l'occasion, Terre vivante co-organise également avec le Muséum d'histoire naturelle de Grenoble une visioconférence jeudi 1er avril à 18h30. Grégory Derville, enseignant spécialisé en politiques environnementales et auteur aux éditions Terre vivante y présentera différents outils concrets pour réussir ensemble la transition écologique.

Vous pourrez trouver le programme de la biennale des villes en transition et les liens d'inscription aux différentes activités sur le site dédié à l'événement.

Madeleine Goujon

Alimentation et bien être

Générations futures : le bio est-il meilleur pour la santé que le conventionnel ?

Panier légumes - Markus Spiske on Unsplash

Markus Spiske, Unsplash

31/03/21 - Malgré la multiplication d'études scientifiques, le débat sur les bienfaits du bio sur la santé reste toujours d'actualité. Dans un dossier publié en janvier, l'association Générations futures a soutenu l'existence d'une accumulation de résultats convergents associant alimentation biologique et diminution des risques de surpoids, d'obésité et de cancer.

Selon l'Agence bio, 61 % des Français et Françaises qui consomment des produits issus de l'agriculture biologique le font pour préserver leur santé. Pourtant, certaines personnes affirment régulièrement sur les réseaux sociaux qu'il n'est pas prouvé que les aliments bio sont meilleurs pour la santé que ceux conventionnels.

Alors le bio est-il bon pour la santé ?

En plus d'une exposition aux pesticides réduite, une consommation d'aliments bio pourrait être associée à une diminution du risque de surpoids et d'obésité, à une diminution du risque de diabète de type 2 ainsi qu'à une « réduction significative du risque des lymphomes non hodgkiniens » et du risque de cancer. Rappelant l'existence de « facteurs confondants » tels que la tendance des personnes consommant des produits biologiques à « faire plus attention à leur alimentation, à leur santé, [en évitant] l'alcool et le sucre tout en maintenant une activité physique régulière », l'association de défense de l'environnement Générations futures a repris les résultats d'une dizaine d'études scientifiques dans son dossier de Fact Checking n°3 paru le 27 janvier 2021. Si ce dossier souligne la nécessité de mener de nouvelles études pour confirmer les résultats et qu'aucun des « résultats, pris isolément, ne représente de preuve définitive des bienfaits du bio pour la santé », il argue que « cette accumulation de résultats convergents représente en revanche une preuve en construction ». L'association conclut ainsi qu'il « fait parfaitement sens en l'état des connaissances scientifiques [détaillées dans le dossier] de privilégier les aliments bio autant que possible ».

Vous pouvez consulter l'intégralité du dossier de Générations futures en suivant ce lien.

Madeleine Goujon

Alimentation et bien être

Manger sain, bio, local, économique et gourmand… un réel défi ?

légumes au marché

FitNish Media, Unsplash

15/03/21 - Vous aimeriez vous orienter vers une alimentation plus biologique, locale et saine mais ne savez pas par où commencer ? Depuis une dizaine d'années, le défi "Foyers à alimentation positive" accompagne gratuitement des foyers dans leur transition alimentaire pour mieux manger sans se ruiner.

Près de 90 % des Français et Françaises ont consommé des produits biologiques durant l'année 2019 selon le baromètre de l'Agence bio de février 2020. Des personnes interrogées, seules 14 % en ont néanmoins consommés quotidiennement. Parmi les principales raisons à cet écart : le prix des produits, jugé encore trop cher, le doute sur le fait que le produit soit totalement bio, mais aussi le manque d'information. Depuis un peu moins de dix ans, les défis "Foyers à alimentation positive" (FAAP) proposent d'accompagner gratuitement des foyers vers une alimentation plus saine, biologique et locale, gourmande et économique. Inspirés du défi "Famille à énergie positive" qui avait pour objectif de sensibiliser le grand public sur les économies d'énergies réalisables au quotidien, les défis "Foyers à alimentation positive" ont été initiés en 2012-2013 à Lyon. Ces défis ont désormais été déployés partout en France, portés par le réseau des agriculteurs et agricultrices bio, membre de la Fédération nationale d'agriculture biologique.

En quoi consiste le défi ?

Le défi a pour objectif de « démontrer de manière conviviale que l'on peut avoir une alimentation savoureuse, bio et locale, sans augmenter son budget alimentaire ». Une dizaine de foyers - constitués de personnes seules, en couple, avec ou sans enfants - vont tenter de faire évoluer leurs modes de consommation sur une durée déterminée, grâce aux animations et conseils proposés par les organisateurs et organisatrices des défis. Les foyers peuvent notamment participer à des ateliers de nutrition et de diététique pour comprendre leurs besoins alimentaires, des cours de cuisine ou de jardinage, des visites de fermes bio, ou encore des initiations à la permaculture. Ce défi citoyen offre des clés de compréhension pour la mise en œuvre d'une alimentation équilibrée biologique et locale, en mettant par exemple l'accent sur l'utilisation de protéines végétales. Il permet également un moment de partages et d'échanges de "trucs et astuces" utilisables au quotidien comme des recettes anti-gaspillage.

Êtes-vous prêts et prêtes à relever le défi ?

Vous trouverez les défis actuels et passés en suivant ce lien.

Madeleine Goujon

6 résultats sur 601 - Page 1/101
1[2][3][4][5][6][Dernière]
© 2008 Terre vivante