Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Les contrastes sont augmentés par une inversion des couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationImprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités

6 résultats sur 7 - Page 1/2
1[2]

Alerte à la lumière bleue

04/10/2019 – Des jouets aux lampes frontales en passant par la multitude d'écrans qui nous entourent, on la trouve partout. La lumière bleue est réputée toxique depuis une étude, publiée en 2010, par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses). Aujourd'hui, l'Anses enfonce le clou : impliquée dans la régulation des rythmes biologiques, l'exposition à la lumière bleue le soir a pour effet d'inhiber la production de mélatonine et de retarder l'endormissement. Enfants et adolescents, dont les yeux filtrent mal la lumière bleue, y sont particulièrement sensibles.

 

À long terme, une exposition chronique peut conduire à une baisse de la vue et augmente le risque de dégénérescence maculaire liée à l'âge. L'Anses recommande de faire évoluer le cadre réglementaire afin de mieux informer la population. Ne délaissez pas les lampes LED pour autant, mais privilégiez une température de couleur inférieure à 3 000 K.

Josselin Rivoire, de la rédaction des 4 saisons

© Fotolia

Economies d’énergie à l’école

2/08/2019 - Très impliqués depuis le début de l'année dans les manifestations pour le climat, lycéens et collégiens vont avoir une possibilité de passer concrètement à l'action : le Challenge CUBE.S, pour Climat usage établissements d'enseignement supérieur, met en effet en lice dès la rentrée scolaire leurs établissements scolaires sur les économies d'énergie et d'émissions de gaz à effets de serre. Elles seront mesurées pendant un an et comparées à celles émises durant les trois dernières années... puis suivies pendant quatre ans.
Ce concours, organisé par l'IFPEB et le CEREMA, avec le soutien des ministères de la Transition écologique et de l'Education nationale, pourra également s'articuler avec les enseignements ; du matériel pédagogique sera en effet fourni, afin de faire des élèves des ambassadeurs du climat chez eux. 
1 000 places sont ouvertes pour les établissements qui souhaitent rejoindre le mouvement CUBE.S, inscriptions jusqu'à la fin du mois avec possibilité de mise en place au premier trimestre scolaire.
Au-delà des différents projets liés au développement durable menés dans les établissements - installation de nichoirs et de mangeoires avec la LPO, potagers participatifs, etc. -, cette action touche les jeunes dans leurs gestes au quotidien, tout en modifiant leur regard sur leur établissement. Intéressant !

www.cube-s.org/concours-developpement-durable/inscription-concours

Recherche échantillons de broyat de bois

11/07/2019 - Dans le cadre d'une étude en contexte d'assainissement non collectif (ANC) sur le traitement des eaux ménagères, Florent Brun, ingénieur, souhaite collecter du broyat de bois produit par des particuliers. Il s'intéresse en effet à un dispositif de traitement filtrant organique, fonctionnant avec du broyat de bois.
Les échantillons nécessaires à son étude doivent être constitués de 500 à 900 g de broyat.
Pour être représentatif, il est important que les prélèvements soient réalisés selon la méthode des quartas, permettant d'obtenir un échantillon homogène et représentatif du broyat. Voici quelques explications :

  • la totalité des matières est répartie en 4 tas de mêmes volumes ;
  • deux de ces tas sont rassemblés et homogénéisés pour former un nouveau tas, lequel est à nouveau réparti en 4 tas de mêmes volumes ;
  • cette opération est répétée 4 fois avant d'obtenir le tas final dans lequel est prélevé l'échantillon à analyser (2l environ, en fonction de la densité).

Il est également nécessaire d'indiquer
- marque et modèle du broyeur, 
- essences du ou des arbres broyés, 
- date de coupe des branches, 
- date du broyage, 
- mode de stockage du broyat (intérieur, extérieur, en cuve, en sac, etc.),
- section moyenne des branches.

Selon les lieux d'habitation, les échantillons pourront être récupérés directement.
Contact : Florent Brun, IRSTEA - Unité Reversaal, 5 Rue de la Doua, 69100 Villeurbanne, florent.brun@irstea.fr, tél. 04 72 20 87 83.

Chauffage au bois : les fabricants sous le feu des critiques

Chauffage bois 19

F.-D. Richards/CC

28/02/2019 - Peut-on se fier aux performances énergétiques et environnementales annoncées par les fabricants d'appareils de chauffage au bois ? Non, répond l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) qui a réalisé une synthèse des études sur les émissions du bois-énergie. Les tests sont assez éloignés des conditions réelles : ils sous-estiment beaucoup les émissions et surestiment le rendement. Les quinze premières minutes de la combustion et les rechargements de bois ne sont jamais mesurés et sont les plus émissifs. L'humidité du bois, les résineux, les allures très réduites ou encore le vieillissement des appareils peuvent considérablement augmenter les émissions de composés organiques volatiles (COV) et de particules.

Il faut retravailler sur les normes et mieux informer les utilisateurs.


Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 saisons

Indice de réparabilité

28/01/2019 - Dans le cadre de la feuille de route pour l'économie circulaire, un indice de réparabilité, noté de 1 à 10 et calculé à partir de dix critères, sera appliqué à partir du 1er janvier 2020 sur les produits électriques et électroniques. Un groupe de travail réfléchit à son mode de calcul, afin qu'il apporte une information claire et fiable au consommateur, tout en étant incitatif pour les fabricants. Il reste cependant beaucoup à faire pour aller vers plus de transparence sur la fiabilité des produits et pour faire baisser le coût des réparations.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 saisons

Le grand retour des bouteilles consignées ?

04/06/2019 - Laver les bouteilles en verre et les re-remplir est bien plus intéressant que d'utiliser des bouteilles en verre à usage unique (et recyclées) ! C'est ce que montre une étude menée par l'Ademe sur 10 dispositifs français de consigne, mis en place par des producteurs, des distributeurs de boissons et des associations.

Sur tous les indicateurs environnementaux pris en compte (impact climatique, consommation en eau, consommation d'énergie primaire), la performance environnementale est supérieure ou équivalente au système sans consigne. Même pour les systèmes de consigne récents, où le taux de retour et donc de réutilisation des bouteilles est faible, l'impact environnemental est bénéfique. Le bilan économique est également intéressant : la consigne coûte deux fois moins cher qu'un système de bouteilles à usage unique.
L'étude souligne enfin qu'une très large majorité des utilisateurs est favorable aux emballages réemployables-réutilisables.
Le fait de devoir ramener l'emballage consigné, comme le montant de la consigne, ne seraient pas des freins. Reste que le besoin de praticité (augmentation et diversification des points de collecte) et de fiabilité du dispositif (pas d'arrêt de fonctionnement du système) a été pointé, afin d'assurer l'adhésion des consommateurs moins sensibles à l'environnement. A suivre de près !

En savoir plus : https://www.ademe.fr/analyse-10-dispositifs-reemploi-reutilisation-demballages-menagers-verre

Véronique Buthod, de la rédaction des 4 saisons

6 résultats sur 7 - Page 1/2
1[2]

Notre sélection de livres

L'isolation thermique écologique

Livre L'isolation thermique écologique
Conception, matériaux, mise en oeuvre - Neuf et réhabilitation.

Un livre "référence" pour particulier et professionnel

(20 x 26 cm); 35,50 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante