Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

  • Vous êtes ici :
  • Accueil > 
  • Actualités
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités de l'écologie pratique

6 résultats sur 308 - Page 4/52
[1][2][3]4[5][6][7][8][9][Dernière]
Habitat écologique

Laissez “perspirer” vos murs

24/03/2014 - Venue des pays nordiques et germaniques, la notion de parois perspirantes fait encore débat en France. Elle permet pourtant une précieuse autorégulation naturelle de l'hygrométrie à l'intérieur des bâtiments. Elle se fonde sur l'observation des bâtiments anciens aux parois constituées de matériaux poreux, hygroscopiques et pourvus d'une bonne capillarité. Ouverts au passage de la vapeur d'eau, ils gèrent les entrées et sorties d'humidité sans que celle-ci ne leur cause de dégâts, alors que de tels dégâts sont fréquents avec des murs non perspirants aux jonctions et autres défauts d'étanchéité des pare-vapeur. Encore faut-il que cette perméabilité à la vapeur d'eau respecte certaines règles, rendues nécessaires par les exigences de confort actuelles.


Sous nos climats, la pression de vapeur d'eau se fait presque exclusivement de l'intérieur (où il y a une forte production de vapeur par les pièces humides et la respiration) vers l'extérieur. Une paroi perspirante doit donc faciliter la migration de la vapeur d'eau vers l'extérieur sans risque de condensation, tout en assurant une isolation thermique performante et une bonne étanchéité à l'air. Les professionnels de l'habitat écologique appliquent généralement la règle du “5 pour 1” : la résistance à la vapeur d'eau du parement intérieur doit être 5 fois supérieure à celle du parement extérieur. Cela rend parfois nécessaire l'utilisation de films frein-vapeur ou à diffusion variable côté intérieur, tandis que le parement ou l'enduit extérieur doit être très perspirant. Quant aux matériaux constituant la paroi, notamment les isolants, ils doivent assurer une bonne capillarité, sans rupture, pour permettre la migration de la vapeur d'eau vers l'extérieur. Sur ce plan, les isolants biosourcés (d'origine végétale ou animale) présentent d'indéniables avantages (capillarité, hygroscopie) par rapport aux isolants synthétiques ou minéraux.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Alimentation et bien être

Poissons : mangez responsable !

25/03/2014 - Récemment, les poissons ont appris une bonne nouvelle : sous la pression de nombreux organismes (notamment l'association Bloom), la flotte de chalutiers d'Intermarché s'est engagée à arrêter la pêche au chalut de fond au-delà de 800 m de profondeur à partir de 2015. La mauvaise nouvelle, c'est que les poissons, hélas pour eux, sont toujours aussi bons pour notre santé (source de protéines, oméga 3, etc) et qu'on continue donc à les consommer. Il est néanmoins possible de le faire de manière responsable.

Il existe un programme, appelé Mr.Goodfish (www.mrgoodfish.fr/), lancé par le Réseau Océan Mondial, qui a pour but de sensibiliser le public – mais aussi les professionnels – à la consommation durable de produits de la mer afin de réduire la pression humaine sur les réserves de pêches non durables.

Mr Goodfish recommande ainsi des espèces, saison après saison, selon leur taille et leur zone de débarquement. Les tailles indiquées et recommandées sont celles à partir desquelles le poisson a statistiquement toutes les chances de s'être reproduit au moins une fois. Ainsi, en laissant aux créatures aquatiques le temps de copuler, il y a moins de chances de contribuer à la diminution des espèces - et on pourra espérer manger nos filets d'anchois ou nos bars en croûte encore longtemps !
Seuls bémols, le moteur de recherche n'aide pas vraiment à trouver le poisson désiré (il faut lire toute la liste proposée). De plus, comme les crustacés y figurent également, ces listes sont parfois un peu fastidieuses.

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Jardin Bio

Le BRF à portée de main

brf2

01/03/14 – Le BRF – ces rameaux broyés que l'on épand sur le sol – est un procédé assez nouveau qui améliore la fertilité du sol. Expert dans ce domaine, Bernard Mercier, auteur du Guide pratique du BRF qui sort ce printemps aux éditions Terre vivante, lance un site internet à destination des jardiniers, agents des espaces verts, paysagistes, exploitants forestiers... qui ont du mal à s'en procurer.

BRFGénération.fr leur permet de vendre, acheter ou échanger du BRF, juste à côté de chez eux. Au-delà du BRF, le site propose un ensemble de prestations et services – louer un broyeur à végétaux, organiser ou participer à des visites de jardins, échanger sur un forum, trouver des circuits courts localement, avec la boutique... À tester !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Jardin Bio

Plaidoyer pour les jardins partagés

10/03/14 - Vous faites partie d'un jardin partagé ? Vous portez un projet de ce type ? Vous avez tout simplement envie qu'il y en ait plus dans votre ville ou votre village ? Signez le plaidoyer en faveur des jardins partagés lancé par l'association le Passe-jardins de Rhône-Alpes pour interpeller les candidats aux élections municipales.

Créée en 1998, cette association – qui suit chaque année une soixantaine de projets dans la région – a organisé en 2013 les assises régionales des jardins partagés. Celles-ci ont permis de mettre en lumière les magnifiques "petites utopies" à l'œuvre dans ces projets, mais aussi les difficultés auxquelles ils sont confrontés, notamment le besoin d'outils juridiques et techniques supplémentaires.

En cette période d'élections municipales, le Passe-jardins lance, par le biais de ce plaidoyer, un "appel solennel aux élus locaux", afin qu'ils s'engagent à soutenir et à faciliter la création de ces jardins, qui permettent de mettre en acte, concrètement et très directement, les mots si fondamentaux de démocratie, culture, lien social, santé, alimentation, éducation ou plaisir...

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Le plaidoyer est en ligne sur http://lepassejardins.fr/IMG/pdf/plaidoyer-light.pdf

Alimentation et bien être

Alimentation, grossesse et santé : des effets à long terme

28/02/2014 - Notre santé dépend beaucoup de notre alimentation, tout le monde le sait et en convient. En revanche, celle de notre mère pendant sa grossesse, et même celle de... notre grand-mère maternelle peuvent influer sur notre état de santé ! C'est ce que semble faire apparaître une étude américaine.

Présentée au congrès annuel de l'American Association for the Advancement of Science (AAAS) à Chicago, l'étude a été menée depuis 1983 sur trois mille femmes philippines et sur trois générations, afin que les effets de la nutrition maternelle sur les enfants et les petits enfants puissent être analysés. Les chercheurs ont constaté que lorsque les femmes privilégiaient les aliments nutritifs pendant leur grossesse, cela bénéficiait à leurs enfants, mais aussi à leurs petits-enfants, qui affichaient une meilleure santé sur le long terme.

Autre découverte tout aussi étonnante : l'alimentation de la mère lorsqu'elle était enfant, voire dans le ventre de sa propre mère, influerait d'avantage sur le poids de son bébé que son alimentation à l'âge adulte - mais la qualité de l'alimentation juste avant de tomber enceinte et lors des premiers jours de développement a un effet positif sur la santé des enfants. Et il semblerait également que la quantité de calories consommée pendant la grossesse n'aurait pas d'effets notables sur le bébé.

Alors, qu'on soit enceinte ou pas, en âge de procréer ou non, il n'y a pas de secret : une alimentation variée et équilibrée vous aidera, vous, vos enfants et vos petits-enfants à rester en bonne santé !

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Habitat écologique

Mort d'un pionnier

Jean-Pierre Oliva 2

10/02/2014 - Pionnier de la construction écologique, Jean-Pierre Oliva est décédé samedi 8 février. Avec lui, disparaît une figure importante d'un secteur qu'il a beaucoup contribué à développer. Auteur de livres de référence (1) et homme de terrain, maître d'œuvre très demandé, conférencier, animateur de stages, homme chaleureux et jovial, il a notamment défendu une approche globale de l'habitat écologique et bioclimatique, prônant l'utilisation des ressources et savoir-faire locaux, de matériaux biosourcés perspirants, de préférence aux systèmes de construction industriels standardisés.

Conseiller et maître d'œuvre en habitat écologique, il a fondé Domus, la première entreprise française commercialisant des matériaux écologiques dès la fin des années 80. Puis il s'est consacré à la construction bioclimatique, en neuf comme en rénovation à partir de 1994. En parallèle, il a réalisé pour le centre Terre vivante une exposition sur les isolants naturels et y a animé les premiers “samedis de l'habitat”. En 2001, Terre vivante a publié son premier livre, L'isolation écologique, qui restera pendant des années l'ouvrage de référence des professionnels comme des auto-constructeurs, jusqu'à la parution d'une nouvelle édition totalement remaniée en 2010.

Nos pensées vont à sa famille et à ses trois enfants.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

(1)  L'isolation écologique (2001), La conception bioclimatique (2006) et L'isolation thermique écologique (2010), tous trois aux éditions Terre vivante, les deux derniers écrits en collaboration avec Samuel Courgey.

6 résultats sur 308 - Page 4/52
[1][2][3]4[5][6][7][8][9][Dernière]
© 2008 Terre vivante