Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités Jardin bio

6 résultats sur 17 - Page 2/3
[1]2[3]

Devine qui vient nicher ?

nid rouge gorge

© Joël Valentin

30/08/16 - Il n'est pas trop tard pour participer à l'enquête nationale "Devine qui vient nicher chez moi ?" organisée par la LPO (Ligue de protection des oiseaux). Jusqu'au 30 septembre, tous ceux qui le souhaitent peuvent observer les oiseaux qui nichent dans leurs jardins pour évaluer l'efficacité des nichoirs.

Cette enquête de science participative, organisée pour la cinquième année consécutive, fournit l'occasion de contribuer à mesurer l'état de santé des oiseaux des jardins. Parmi ces espèces, certaines ont subi une baisse importante de leurs effectifs, notamment du fait de la disparition de leurs zones de nidification et des pesticides. C'est le cas des moineaux friquet et domestique, des hirondelles rustiques et de fenêtre, et de la mésange noire. D'où l'intérêt de les répertorier.

Dans les nichoirs, vous pouvez retrouver toutes les espèces d'oiseaux cavernicoles inféodées aux cavités naturelles d'arbres ou aux anfractuosités des habitations : depuis la bergeronnette grise au troglodyte mignon, en passant par les chouettes chevêche ou hulotte, les mésanges (bleu, boréale, huppée, noire, nonette...), le rougegorge, voire même le petit-duc.

N'hésitez pas à participer, en vous rendant sur le site de la LPO.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Construire l'agriculture de demain

crowdfunding Ferme de Bâlon

DR

18/07/16 - Dans une plaine de Saône dédiée à la céréale intensive, certains se battent pour un modèle d'agriculture différent. Laure et Dominique Darphin ont lancé le projet de ferme de Bâlon pour racheter 4 hectares de prés entourés de haies aux arbres plus que centenaires. Le projet ? Une ferme agro-écologique diversifiée, produisant intégralement en bio : apiculture, culture de céréales, vaches allaitantes, chevaux, production de plantes médicinales... Un projet à dimension pédagogique également, avec des ateliers et des formations à l'agro-écologie, et un gîte de très grande capacité.

Laure et Dominique Darphin ont réussi à acquérir les bâtiments et les terres en investissant lourdement, mais ils ont  besoin de renforcer leur apport pour pouvoir aménager la ferme, acquérir d'autres terres agricoles pour les sortir du lobby agrochimique et produire une nourriture saine, investir dans du matériel, planter d'autres haies, améliorer le confort des animaux... Dans cet objectif, ils ont lancé une campagne de financement participatif sur la plateforme Miimosa, et ont déjà collecté 3 400 € sur les 5 000 € escomptés.

Si vous souhaitez les aider dans la construction d'un nouveau modèle d'agriculture, n'hésitez pas à contribuer !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Appel au don de graines

© Serge Lapouge© Serge Lapouge

01/06/2016 - Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle est une très petite commune corrézienne de… 44 habitants ! C'est aussi l'une des premières à avoir voté et mis en place le "0 pesticides" sur l'ensemble de l'espace public. Le site, déjà classé Natura 2000 Réserve de Biosphère de l'Unesco, a reçu ce printemps le label "Terre Saine" du ministère de l'Environnement.

Comme le dit le maire, Jean-Michel Teulière, « ce n'est pas parce que nous sommes petits que nous ne devons pas être exemplaires ! » Depuis 2015, sous son impulsion, les habitants jardinent leur commune, cimetière compris, sans aucun budget de fonctionnement... car il n'y en a pas !

Aussi, pour les aider à semer la biodiversité, vous pouvez leur envoyer des graines, plutôt des espèces sauvages ou rustiques, du genre que l'on cueille au coin du jardin pour les disperser un peu plus loin. Merci pour eux !
Les graines sont à envoyer à cette adresse : Mairie, "Le bourg", 19430 Saint-Bonnet-les-Tours-de-Merle.

Fermes d'avenir, seconde édition

25/05/16 – On n'a jamais vu autant de jeunes qui veulent s'installer pour créer une agriculture différente, écolo, permacole, en lien avec la nature… Pour soutenir ces candidats, l'association Fermes d'Avenir relance son concours Fermes d'Avenir, pour aider des jeunes (et aussi des moins jeunes !) à s'installer.

En 2015, le premier concours Fermes d'Avenir avait permis à 13 fermes, réparties dans toutes les régions de France, de recevoir un chèque de 11 700 € pour financer un projet : construction d'une serre mobile, nouveau local de transformation, amélioration des méthodes de culture ou d'élevage, les propositions étaient multiples et montraient l'enthousiasme et le professionnalisme de ces jeunes agriculteurs.

Cette année, Fermes d'Avenir, soutenue par de nombreux partenaires – dont Terre et Humanisme et notre magazine Les 4 Saisons du jardin bio –, s'adresse à toute personne qui souhaite s'installer en agriculture biologique, ou est en cours d'installation depuis moins de 18 mois. Cinquante candidats seront présélectionnés par le jury du concours et leurs projets seront alors présentés sur Blue Bees pour une phase de vote ouverte à tous les internautes. Vingt lauréats seront alors retenus par les internautes, et leurs projets seront présentés pour une grande campagne de financement participatif sur le site de financement participatif Blue Bees.

Cette campagne permettra à chaque lauréat de bénéficier d'un prêt à taux zéro de 5 000 € à 50 000 € suivant la catégorie dans laquelle il aura candidaté, remboursable sur cinq ans à partir de la date anniversaire du prêt. Les lauréats se verront également offrir pendant leurs trois premières années la certification AB par l'organisme Ecocert, une formation permaculture et un “accompagnement communication” par l'association Fermes d'Avenir.

La date limite du dépôt de candidature est le 30 juin 2016. Toutes les infos sur cette page.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio.

Soutenir un projet de forêt nourricière

11/05/16 - La ferme du Vieux Poirier, à Schopperten en Alsace, a lancé fin avril une campagne de financement participatif pour planter 1 000 arbres sur 2,3 hectares. Installés en 2012, Lauriane et Charles Durant élèvent 150 cochons et 800 poulets, qu'ils transforment et vendent en circuit court. En 2015, ils ont fait partie des 13 lauréats du concours "La France cherche ses Fermes d'Avenir", organisé par l'association Fermes d'Avenir et La Ruche Qui Dit Oui, afin d'aider des projets innovants de microfermes inspirées de l'agroécologie et de la permaculture.

En butte à des inondations récurrentes l'hiver, le couple a décidé de créer cinq étangs qui réguleront le trop plein d'eau et apporteront de l'humidité en été, et accueilleront écrevisses et poissons. Pour les protéger de la chaleur tout en assurant ombrage et nourriture aux bêtes, une forêt nourricière sera plantée autour des étangs. Des ruches y seront installées, qui permettront la pollinisation des arbres fruitiers. À terme, des cultures de champignons, des buttes maraîchères et une petite centrale de méthanisation complètent le projet.

« C'est un projet qui parle de permaculture, d'agro-écologie et de partage. [Nous] souhait[ons] mettre en place une agriculture rentable, créatrice d'emploi, de lien social, respectueuse des animaux, de l'humain et de la nature. L'objectif est également de montrer qu'il est tout à fait possible sur une petite surface de répondre aux besoins alimentaires de plusieurs familles. La ferme approvisionnera en viande, écrevisses, légumes, fruits, champignons, miel, huile et farine, » expliquent Lauriane et Charles Durant.

Menée sur Bluebees, une plateforme de financement participatif dédiée à des projets d'agriculture innovante, la campagne versera une cagnotte même si le projet n'atteint pas 100% de son objectif. Les 4 Saisons du jardin bio, le magazine de Terre vivante, soutient la campagne en offrant des hors-série et des abonnements découverte aux donateurs.

Pour participer, allez sur cette page.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Exposition Paroles de Potagers inaugurée à Romans

expo Paroles de potagers

© Xavier Pagès

11/04/16 - C'est pour célébrer le voyage des graines, des langues et des hommes, que le photographe Xavier Pagès s'est associé à la linguiste Fleur Rodde et au musicien Philippe Barbier pour créer une exposition associant photos, témoignages sonores, histoires linguistiques et ethnobotaniques. Elle célèbre la biodiversité des plantes et légumes cultivés, tout autant que la diversité des langues et des pratiques.

Photographiés dans des jardins privés, ouvriers ou d'insertion, les jardiniers qui se sont prêtés au jeu parlent de leurs pratiques, de leurs origines, de leur langue, en bref de leurs cultures – aussi bien jardinières que linguistiques. Quelles plantes, quels fruits, quels légumes ont-ils trouvé place dans leurs potagers ? D'où proviennent ces graines ? Comment sont-ils cultivés, cuisinés ? Comment sont-ils venus jusqu'à nous ? Paroles de Potagers parle de ces hommes et de ces femmes d'origines diverses et variées qui, aujourd'hui, travaillent la terre de ces jardins. Ils nous révèlent une part de leur histoire. On s'interroge alors sur leurs parcours migratoires, leurs langues, leurs origines, leurs racines.

L'exposition sera présentée à la médiathèque Simone-de-Beauvoir, rue Sabaton à Romans (Isère) du 19 avril au 7 mai, avec un vernissage en présence des auteurs le 19 avril à 18 heures. Elle sera ensuite au parc de Miribel (Rhône) du 8 au 31 juillet. Elle est financée par la Ville de Vénissieux, le département de la Drôme, l'entreprise d'entretien des espaces verts Tarvel, la fondation De Natura, la Scop Terre Vivante et le laboratoire Aslan-université Lyon 2.

Pour en savoir plus

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

6 résultats sur 17 - Page 2/3
[1]2[3]

Notre sélection de livres

Le Guide Terre vivante du potager bio

Livre Le Guide Terre vivante du potager bio
Cultiver, soigner, conserver
Christian Boué Jean-Paul Thorez

Des semis à la conservation, en passant par les soins, les conseils de culture, la récolte et la production de ses propres graines, cet ouvrage réunit toute l’expertise de Terre vivante pour réussir son potager bio.

512 pages; (19.5 x 24 cm); 35,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante