Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

  • Vous êtes ici :
  • Accueil > 
  • Actualités
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités de l'écologie pratique

6 résultats sur 311 - Page 11/52
[Première ][6][7][8][9][10]11[12][13][14][15][16][Dernière]
Jardin Bio

Cuisine ton jardin.com

18/04/13 - Un petit coup de pouce pour un nouveau site, Cuisine ton jardin.com, qui se veut un "Le bon coin" spécialisé, à destination des amateurs de fruits, légumes et produits locaux. Le site propose des petites annonces de vente, d'échange, et de don autour des thématiques suivantes : préparer et aménager son jardin, cultiver son jardin, valoriser ses récoltes, faire de bons petits plats maison, favoriser les échanges locaux, manger sain, faire des économies…

Foires bio, journées des plantes, légumes à vendre ou à donner, outils… les annonces sont gratuites et le site est géré par des amateurs passionnés.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

Alimentation et bien être

Les nutrinautes se penchent sur l'obésité

18/04/2013 - En février dernier, l'étude Nutrinet-Santé (qui s'appuie sur un réseau de "nutrinautes" qui acceptent de répondre chaque année à des questionnaires sur leurs comportements alimentaires) a fait l'objet d'une publication dans le British Journal of Nutrition. Elle porte sur l'émotionalité alimentaire, c'est-à-dire le fait de manger sous le coup de l'émotion. Car si l'influence des facteurs psychologiques sur le surpoids et l'obésité est de plus en plus reconnu, il y a assez peu d'informations disponibles sur cette émotionalité alimentaire et son association avec le surpoids.

L'étude Nutrinet-Santé, coordonnée par Mathilde Touvier (chercheuse à l'Inserm) et Camille Pouchieu (doctorante), a ainsi étudié la consommation de compléments alimentaires et les facteurs socio-démographiques, comportementaux et alimentaires d'un large échantillon de 79 786 Nutrinautes français. Il en ressort que les femmes et les personnes au régime ont particulièrement tendance à manger sous le coup de l'émotion. De plus, elle indique un risque deux fois supérieur d'être en surpoids chez les personnes mangeant fréquemment sous le coup de l'émotion, particulièrement chez les femmes n'ayant jamais fait de régime.

Loin d'être une fin en soi, ces résultats ouvrent la voie à de futures études sur les relations entre les facteurs psychologiques, le surpoids et l'obésité au sein de NutriNet-Santé.

A noter qu'il est encore possible de devenir “nutrinaute”, sur le site www.etude-nutrinet-sante.fr

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Jardin Bio

Des nouvelles de notre pommier kazakh

11/04/13 – Le pommier kazakh que nous avons planté en mars dernier 2012 au centre Terre vivante va bien. Baptisé en grande pompe le 28 mai, lors de la journée portes ouvertes, il a prospéré durant l'été, prenant près d'un mètre ! Ni les pucerons ni les campagnols n'ont troublé sa villégiature et il a supporté stoïquement les chutes de neige de cet hiver ainsi que le mauvais temps persistant de ce début de printemps.

Du côté de l'association Alma, qui a donné le scion à Terre vivante, les nouvelles sont un peu moins bonnes, même si la mobilisation se construit en France à travers les réseaux, tels ceux des Croqueurs de pommes. Au Kazakhstan, toute la collection d'Aymak Djangaliev – le scientifique qui a travaillé toute sa vie à la sauvegarde des pommiers kazakhs – a brûlé. « Six feux ont été allumés an août, 300 pommiers sélectionnés ont péri. Il va falloir repartir dans les forêts avec les GPS, » se désole Catherine Peix, d'Alma.

Si vous voulez voir “Boris”, notre pommier kazakh, venez à la journée portes ouvertes, le lundi de Pentecôte, le 20 mai ! Le centre Terre vivante se situe dans le Trièves, à une petite heure de route de Grenoble, en Isère.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

www.originedelapomme.com

Habitat écologique

Ouate de cellulose : un succès qui dérange

02/04/2013 - Réputée pour son efficacité, son écobilan et son coût raisonnable, la ouate de cellulose remporte un succès grandissant, qui semble en déranger certains. Un lecteur des 4 Saisons du jardin bio nous a ainsi récemment fait part d'un démarchage téléphonique d'EDF. L'opératrice l'informait de futures augmentations de tarifs et souhaitait en savoir plus sur l'équipement de sa maison afin de lui donner quelques conseils pour limiter sa consommation. Après les questions – notamment  sur l'isolation –, vinrent  les préconisations : l'opératrice déconseillait vivement d'utiliser, dans l'isolation des combles, la ouate de cellulose ! Celle-ci se révélait, selon elle, bourrée d'adjuvants toxiques ; il fallait lui préférer la laine de roche, plus naturelle...

Dans son numéro de février 2013, Que Choisir évoque les difficultés rencontrées par les fabricants d'ouate de cellulose pour leur certification. À l'instigation de la Commission des avis techniques du CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment), à partir de juin 2012, ceux-ci ont dû cesser d'utiliser les sels de bore utilisés comme ignifuge et biocide. Les sels de bore, potentiellement nocifs pour la reproduction, sont autorisés partout en Europe lorsqu'ils sont employés à moins de 5,5 % dans les isolants. Les producteurs les ont alors remplacés par des sels d'ammonium. À l'automne, avec le retour de l'humidité, les odeurs d'ammoniaque ont envahi les maisons et le CSTB a dû de nouveau autoriser les sels de bore en catastrophe. Bizarrement, la même commission n'a demandé aucune interdiction lorsqu'il a été démontré que les laines minérales émettaient du formaldéhyde, un gaz cancérigène par inhalation…

A peine remise de cet épisode, la filière ouate de cellulose se voit reprocher par l'Agence Qualité Construction des problèmes de sécurité incendie, qui provoquent aussitôt un blocage des assureurs. Là encore, le problème semble n'exister qu'en France. Après analyse, il semble que ces sinistres soient surtout dus au non-respect des écarts au feu des conduits de cheminée par les artisans, problème qui doit se résoudre par une meilleure formation des artisans.

Des parlementaires se sont récemment émus de la situation kafkaïenne dans laquelle se trouve désormais la filière ouate de cellulose, pourtant en plein essor puisqu'elle dénombrait environ 50 000 logements isolés en 2012. Ils dénoncent un système d'avis techniques et de certification à la française beaucoup trop coûteux, trop long, opaque et pas suffisamment étanche aux conflits d'intérêt. Un système maintes fois dénoncé  par les éco-entrepreneurs, qui constitue un frein à l'innovation et à l'émergence des éco-matériaux. À suivre.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Alimentation et bien être

La périlla, mine d'oméga 3

26/03/2013 - Si vous lisez régulièrement les articles de Josiane Goepfert dans les 4 Saisons du jardin bio, vous connaissez déjà la périlla, cette aromatique japonaise aux feuilles pourpres qui plaît tant à notre collaboratrice ! Elle possède en outre une qualité appréciable : ses graines, qui renferment 65 % d'acide alpha-linolénique, le premier de la fameuse chaîne des oméga 3.

On sait que ces fameux oméga 3 permettent une réduction du risque cardiovasculaire et qu'ils sont un excellent remède préventif contre l'infarctus et les thromboses. Récemment, on a mis en avant leur rôle dans le traitement de la dépression, de l'anxiété et des troubles du sommeil car on s'est aperçu que le cerveau, pour bien fonctionner, a besoin d'environ 2 grammes de cet acide alpha-linolénique dont les graines de périlla regorgent. Des recherches sont aujourd'hui en cours pour mesurer l'intérêt de l'apport de l'huile de périlla dans de nombreuses pathologies dégénératives comme la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, l'Alzheimer ou encore chez l'enfant hyperactif.

De nombreux praticiens recommandent l'utilisation de l'huile de périlla (à raison de 2 cuillères à café par jour, soit environ 2 ml) plutôt que n'importe quelle autre source d'oméga 3. Car, contrairement aux huiles de poissons tirées majoritairement des poissons d'élevage, elle ne contient pas de polluants tels que les métaux lourds – si elle est issue de l'agriculture biologique, bien sûr.

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

Jardin Bio

Du monde au balcon

12/03/13 — Entre les balcons plein sud qui rôtissent au soleil et les cours où le soleil ne pénètre jamais, les conditions sont parfois vraiment difficiles lorsqu'on se lance dans le jardinage en ville. Pour développer l'agriculture urbaine hors-sol, la petite entreprise Du Monde au Balcon, à Grenoble, fournit des conseils et du matériel adaptés pour démarrer et cultiver un potager sans jardin.

Sur le site internet, sont proposés des produits sélectionnés et testés, pas trop chers, et adaptés à la culture en bac ou en pot. L'entreprise propose également du conseil pour les entreprises, associations, collectivités, écoles et copropriétés qui veulent installer des potagers urbains hors-sol, sur les toits ou les cours.

www.dumondeaubalcon.com

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

6 résultats sur 311 - Page 11/52
[Première ][6][7][8][9][10]11[12][13][14][15][16][Dernière]
© 2008 Terre vivante