Diminuer la taille de la police (xx-small).Augmenter la taille de la police (small).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationImprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités Alimentation et Bien-être

6 résultats sur 8 - Page 1/2
1[2]

Fruits et légumes réduisent le risque de diabète de type 2

Légumes de saison

9/02/2017 - On connaissait déjà le lien entre une alimentation riche en fruits et légumes et un risque plus faible de développer certains cancers et maladies cardiovasculaires. Une équipe de l'Inserm vient de démontrer que les antioxydants pouvaient aussi réduire le risque de diabète de type 2. L'étude a été menée sur plus de 60 000 femmes, suivies entre 1993 et 2008, indemnes de diabète et de maladies cardiovasculaires à leur entrée dans l'étude. Un score de « capacité antioxydante » a été calculé pour chacune, à partir de leurs habitudes de consommation : les aliments les plus contributifs à un score élevé étant les fruits et légumes, le thé et le vin rouge, consommé en quantités modérées (lire l'article dans le N°228 des 4 Saisons du jardin bio pour savoir où trouver des antioxydants). Les résultats montrent que le risque de diabète diminue avec une consommation d'antioxydants jusqu'à 15 mmol/jour (par exemple une alimentation riche en noix, pruneaux, myrtilles, fraises, noisette, chocolat noir, thé, etc.). Au-delà de ce seuil, le risque ne diminue plus. Les femmes présentant les scores de capacité antioxydante les plus élevés ayant un risque de diabète réduit de 27% par rapport à celles qui présentaient les scores les plus faibles. Les recherches se poursuivent pour comprendre ce mécanisme. En attendant, manger des fruits et légumes frais et de qualité reste la meilleure des préventions !
Retrouvez ici l'article de l'Inserm.

Véronique Buthod, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Du 100 % local et bio dans la restauration collective, c’est possible !

Zéro phyto 100% bio web

11/01/2018 - Après plusieurs mois de présentation, près de 250 avant-premières et 16 000 spectateurs, le documentaire Zéro phyto 100 % bio sort à l'échelle nationale. « Nous espérons que le documentaire serve de levier pour l'introduction massive de la bio en restauration collective », souligne le réalisateur du film Guillaume Bodin, ancien ouvrier viticole sur des domaines en bio et en biodynamie. Suivant les exemples inspirants de Mouans-Sartoux, mais aussi Langouët, Paris, Barjac, de nombreuses communes pourraient décider de changer leurs pratiques. Mais les citoyens ont aussi leur rôle à jouer, alors emmenez vos amis !

Consulter ici la liste des prochaines avant-premières près de chez vous, et la carte des cinémas diffusant le film.

Voir la bande annonce.

Mettre en valeur les "bons" éleveurs

Eleveurs bretons

14/12/2017 - Après avoir réalisé en 2016 « Des locaux très motivés », consacré à l'économie circulaire en agroalimentaire, le documentariste Olivier Dickinson prépare un nouveau projet : avec « Un lien qui nous élève », cet Aveyronnais souhaite mettre en lumière les éleveurs et les éleveuses qui respectent les animaux de ferme. Ces passionnés, qu'il avait eu l'occasion de rencontrer pour certains lors du tournage de son précédent documentaire, lui ont « donné l'envie d'approfondir le sujet sensible du bien-être animal ».

Son objectif est de réaliser un film optimiste et positif, pour toucher le milieu de l'élevage et donner envie aux éleveurs, mais aussi sensibiliser le grand public. Le tournage touche à sa fin et il espère sortir le documentaire fin 2018, même si la campagne de financement participatif réalisée en novembre-décembre n'a pas atteint le niveau escompté (bouclage du budget de production).

De petits coups de pouce sont encore possibles ! Le projet complet est présenté ici ; à suivre aussi sur Facebook.

Véronique Buthod, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Des produits locaux à la cantoche

30/11/2017 - « Des produits locaux à la cantoche, pourquoi ? » : c'est par cette affiche que la communauté d'agglomération de Chambéry-Cœur des Bauges (Savoie) sensibilise depuis octobre les enfants au consommer local.

70 restaurants scolaires des écoles publiques et centres de loisirs de l'agglomération - 38 communes - en ont été équipés, ainsi que d'une affiche rappelant la saisonnalité des produits sur le territoire. En complément, un calendrier perpétuel présente de façon ludique le légume « star du mois ».

Une idée sympathique pour toucher les plus jeunes et marquer ainsi le soutien aux circuits courts et à l'agriculture locale. Allez, encore un petit effort... bientôt des produits bio ?

Véronique Buthod, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Transmettre des initiatives positives

Outoftheboxpetit

24/10/2017 - Après avoir parcouru la France à la recherche des « solutions qui oeuvrent en faveur de l'alimentation durable », deux jeunes professionnels de la communication digitale ont choisi de partir en mars prochain faire un tour d'Europe de huit mois. Leur projet est de rencontrer et de faire témoigner ces chefs d'entreprises, associations, paysans, politiques, simples citoyens et scientifiques, qui agissent concrètement pour cette transition durable (zéro déchet, permaculture, bio, circuit court). « Notre objectif est de mettre en lumière la richesse de ces projets et d'inspirer notre communauté à passer à l'action », expliquent Marion Garrido et Jordan Longueville. Voyageant et vivant dans leur van, les deux co-équipiers réaliseront dans chaque pays (Danemark, Suède, Allemagne, Croatie, Grèce, Italie, Espagne, France) deux interviews vidéo et un reportage photo ; ils participeront aussi à la vie d'une micro-ferme en woofing et partageront leurs aventures avec une école primaire en France et en Croatie. Pour transmettre un discours positif et tourné vers l'action et l'avenir.
Pour soutenir leur projet Out of the box : https://fr.ulule.com/out-of-the-box/

A suivre aussi sur www.act-outofthebox.org

Véronique Buthod, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Mangez tôt, mangez mieux

21/03/2017 - L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. La meilleure alimentation - donc une meilleure santé... - aussi.

En effet, une étude, publiée en février 2017 et conduite par Mirkka Maukonen, de l'Institut national de santé et de bien-être d'Helsinki (Finlande), suggère que les gens qui se lèvent tôt ont une meilleure hygiène alimentaire que les lève-tard. Les données de 1854 personnes âgées de 25 à 74 ans, tous participants à l'étude finlandaise FINRISK en 2007, ont été prises en compte.

Le but ? Déterminer si le rythme circadien (rythme biologique d'environ 24 heures) et l'horloge biologique d'un individu avaient un effet sur ses habitudes alimentaires. Les résultats montrent des différences nettes entre les deux chronotypes, c'est-à-dire les personnes du matin et celles du soir : non seulement les premières mangent plus tôt le matin que les secondes, mais elles font également des choix plus sains pendant le reste de la journée.

Les gens du soir consomment davantage de sucre le matin et davantage de sucre et de gras (notamment d'acides gras saturés) le soir, tout en consommant moins de protéines. Ils dorment également moins bien et font moins d'activités physiques.

Pas besoin de sortir d'une grande école pour comprendre qu'à terme, tous ces facteurs nuisent à leur santé d'autant que, cerise sur le gâteau, le week-end, les différences s'accentuent encore, les couche-tard ayant des horaires de repas plus irréguliers et mangeant davantage.

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

6 résultats sur 8 - Page 1/2
1[2]

Notre sélection de livres

Manger bio c'est mieux !

Livre Manger bio c'est mieux !
Claude Aubert Denis Lairon André Lefebvre

Petit manifeste sur l'alimentation biologique à l'intention des sceptiques et des convaincus. Un panorama objectif des connaissances scientifiques internationales actuelles apporte réponse aux questions que tout le monde se pose sur le bio.

160 pages; (12 x 18 cm); 5,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante