Diminuer la taille de la police (xx-small).Augmenter la taille de la police (small).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationImprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Jardin bio

L'actualité

Hommage à Sylvia Schmid

27/10/2016 - Créatrice du Biau Germe, Sylvia Schmid s'est éteinte le 17 octobre dans ce Sud-Ouest qu'elle s'était choisi comme région d'adoption. Venue de Suisse comme stagiaire dans une ferme bio à Montpezat (Lot-et-Garonne) en 1959, elle s'y est installée peu après sur une ferme avec des amis. Elle fut la première à avoir l'intuition que pour produire en bio, il fallait des semences bio.
Son premier catalogue avec 27 variétés de légumes est proposé en 1982 dans les Quatre Saisons et connait un succès immédiat. Deux ans plus tard, son frère et sa belle-sœur la rejoignent sur une ferme de 9 ha et la marque Biau Germe est déposée. C'est grâce à elle que Biau Germe est un groupement aussi ouvert et atypique. Appréciée de tous pour sa grande générosité et ses qualités humaines, elle avait pris sa retraite en l'an 2000 tout en continuant à faire bénéficier le groupe de ses conseils. Voici un texte que Christian Boué, cheville ouvrière du Biau Germe, a écrit pour lui rendre hommage.

HOMMAGE A SYLVIA
Dans la vie, il y a des gens ordinaires. Ceux-là s'emploient à leurs affaires, faisant leur petit trou dans la société des hommes. Un jour ils meurent ; on les pleure un peu, avant de les oublier tout à fait. Et leur souvenir est emporté, englouti dans le long fleuve du temps qui passe.
Et puis il y a les gens extraordinaires.
Ceux-là sortent du lot, ceux-là resteront dans les mémoires. On peut être extraordinaire par sa méchanceté ; qui a oublié Landru ou Dutroux ? Ou, encore, qui a oublié ces dictateurs, ces chefs fanatiques faisant les choses en plus grand : Hitler, Staline ou Pol Pot ?
On peut être extraordinaire et laisser son empreinte dans l'Histoire par sa musique, par ses tableaux ou ses œuvres architecturales. Tout le monde a entendu parler de ceux-là. Ils ont pour nom Dostoïevski, Léonard de Vinci, Van Gogh, Sinan ou Imhotep et incarnent pour l'Humanité sa perpétuelle quête de beauté.
Mais on peut être extraordinaire sans même que les voisins le sachent car, comme disait quelqu'un : « À vivre trop près d'un géant on risque de n'en voir que les pieds ! ». Lorsqu'on parle d'eux on dit souvent : « Ce sont des "originaux", des excentriques ! », des gens dont on ne comprend jamais, sur le moment, ce qui les anime, lorsqu'ils nagent à contre-courant de la société...
Et cela ne révèle que notre aveuglement.

Sylvia était extraordinaire, assurément. Je me souviens encore du jour où elle vint nous annoncer, alors que notre communauté de l'Arche se débattait dans des problèmes d'argent récurrents, qu'elle nous offrait sa part d'héritage, une coquette somme, elle qui avait déjà donné les bâtiments et les terres.
Pourtant, il y a bien des gens ordinaires qui savent se montrer généreux à l'occasion. Mais ceux-là attendent toujours quelques courbettes, quelques services ou quelque allégeance en retour, et leur don est un investissement. Je ne me souviens pas avoir entendu Sylvia réclamer de remerciement par la suite ; sitôt donné, sitôt oublié, et si la main droite de quelqu'un oubliait facilement ce qu'avait fait la gauche, ce fut sans doute la sienne.
Cela est extraordinaire.
Mais chose tout aussi surprenante, elle qui ne possédait plus que sa maison de poupée, me disait encore récemment combien elle se sentait riche avec sa petite retraite. Un jour, elle m'avoua, en ajoutant aussitôt : « Mais ça, tu le dis à personne ! », donner jusqu'au tiers de ses revenus mensuels, soit plus de trois cents euros, à quelques-uns des miséreux qui remplissent la Terre. À l'heure ou tant d'autres personnes âgées ont peur de manquer et accumulent insatiablement, elle incarnait à mes yeux parfaitement cette phrase de Lao-Tseu, le grand sage chinois, « qui se contente de peu est riche ! ».
Dans ce temps présent, où la sécurité d'une personne dépend de la grosseur de son portefeuille, où la fierté d'une nation se mesure à son taux de croissance, cela aussi est extraordinaire.
Sa générosité n'était d'ailleurs pas uniquement pécuniaire. À moi, petit Parisien, elle enseigna le jardinage jusqu'à me faire partager sa passion pour les plantes. À combien d'autres encore a-t-elle fait visiter ses cultures, s'arrêtant devant la fleur que personne n'avait remarquée, la petite Lopézia, blottie dans son coin, une pensée sauvage qui s'est invitée dans l'allée, pour en pointer la beauté ? On a coutume de dire : « Celui qui n'aime pas les bêtes n'aime pas les hommes ! » Sylvia aimait les fleurs comme elle aimait les humains, c'est-à-dire tendrement. Combien de fois des inconnus venaient la voir sans ne s'être aucunement annoncés ? Et toujours elle les accueillait avec chaleur car, comme dirait Brassens : « Dans son cœur, en se poussant un peu reste encore une petite place ».
Cette douce tendresse envers les plantes ne l'empêchait d'ailleurs nullement de regarder le monde animal avec moins d'affection. Récemment encore, elle était cernée par des hordes de chats câlins et affamés, qu'elle ne pouvait se résoudre à éliminer. Et elle les nourrissait en songeant : « Quand même, ils sont trop nombreux ! »
Il faut bien l'avouer, Sylvia était un peu tête en l'air, comme on dit par euphémisme, et cela lui joua plus d'un tour. Je me souviens de l'avoir vue jeter au compost un lot de semences tout neuf, le confondant avec un autre périmé, mais, lorsqu'elle constatait sa bévue, Sylvia se lamentait sur elle-même avec une telle sincérité qu'elle désarmait sur le champ la moindre volonté de colère, le moindre zélateur ; quand tant de gens, et tant de nations cherchent désespérément à justifier ou nier leurs propres fautes, leurs privilèges, parfois avec véhémence, cela aussi est extraordinaire ! La repentance n'est-elle pas le premier pas indispensable pour accéder au pardon?
Les gens extraordinaires ont forcément des idées extraordinaires ; dans l'esprit de Sylvia germa celle du Biau Germe. Pour une agricultrice bio, quoi de plus logique que d'utiliser des semences bio ? Pourtant personne n'y avait vraiment songé dans notre pays avant qu'elle ne démarre. Aujourd'hui que tout le monde ne parle que d'agriculture bio, la chose paraît évidente, elle l'était moins en 1981.
Et voici encore un effet de sa générosité d'avoir partagé son intuition de départ avec ceux qui se présentaient, sans tirer la couverture à elle, sans prétendre diriger. D'autres auraient recréé une petite entreprise, dans laquelle les nouveaux venus ne seraient que des salariés, ou bien, des plus avisés auraient monnayé le "concept" ; René, Annie et Sylvia se sont contenté de partager à égalité avec ceux qui entraient dans le groupe. Aujourd'hui onze familles en vivent, et combien de bonnes graines semées ?
Qu'ils en aient conscience ou non, bon nombre de Montpezaquais, bon nombre de jardiniers français lui doivent quelque chose, que ce soit un sourire, un bouquet de fleurs, une variété de tomate oubliée ou les moyens financiers de vivre d'agriculture.
Sylvia ne s'est pas mariée, ne fut pas mère, « dans ses roses et ses choux n'a pas trouvé d'enfants », mais il n'échappera à personne que ses enfants sont nombreux parmi nous. Brassens, toujours, comme pour la Jeanne de sa chanson, aurait dit d'elle : « Être mère de trois poulpiquets à quoi bon, quand on est mère universelle, quand tous les enfants de la mer, de la terre et du ciel sont à elle. »

 

Voir toutes les actualités

Carte climatique

Carte climatique de la France avec zones de rusticité
© Terre vivante© Terre vivante

 

Quand semer, quand planter au printemps ? Comment se situer par rapport à la fameuse zone de référence que tous les manuels et sites de jardinage prennent en compte lorsqu'ils donnent leurs conseils ? Voici une carte et des indications qui vous seront précieuses.

Voir la carte climatique
et les travaux de saison


Des découvertes au potager

L’hélichryse : l'arbre à curry

Vous souhaitez parfumer vos mets ? Plus besoin d’épices, l’hélichryse possède une saveur unique, très proche de celle du curry, avec lequel elle n’a pourtant aucun rapport.

La périlla, plante aux mille vertus

Cette jolie Japonaise a le teint pourpre et le feuillage frisé. Longtemps cultivée comme ornementale, elle fait peu à peu son apparition en cuisine pour ses saveurs délicates et pour ses qualités médicinales.

Mertensia maritima, l’huître végétale !

Il faut la consommer crue en salade pour qu’elle exprime son incroyable parfum d’huître. Ses feuilles charnues au goût iodé présentent une troublante ressemblance gustative avec le célèbre mollusque. Et en plus, Mertensia maritima est facile à cultiver, au jardin d’aromatiques ou en pot !

Ravageurs : les connaître, les repousser

La mouche mineuse du poireau

Apparue il y a une dizaine d'années en France, cette mouche étend peu à peu son territoire depuis le Nord-Est. Apprenez à reconnaître les symptômes et à protéger vos chers poireaux.

Le ver des framboises

Détournez ce coléoptère des douces framboises en troublant son odorat avec l’infusion de tanaisie ou le purin d’ail… Vous éviterez ainsi les fruits déformés et desséchés, voire pourris !

Les altises, poinçonneurs des crucifères

Eté sec, chaleur… ces conditions plaisent à ces redoutables petits coléoptères, qui causent de gros dégâts aux choux et semis d'automne.

Basse-cour et animaux

Poules : les meilleures races (2/5)

Suite de notre série en cinq volets sur les races traditionnelles de poules. Le premier volet vous contait la Marans, la Sussex, la Gâtinaise… Dans ce nouvel épisode, voici leurs cousines alsacienne, normande, bretonne, voire même… anglaise !

Poules : les meilleures races (1/5)

Élever une poule de race traditionnelle permet de contribuer à sa sauvegarde, de respecter un savoir-faire historique… et de déguster une chair au goût incomparable. L'élevage familial est de surcroît parfaitement adapté pour héberger ces belles fermières. Pour vous aiguiller dans votre choix, voici le premier épisode d'une série de cinq articles qui présentent les meilleures races anciennes.

Poules : les meilleures races (3/5)

Suite de notre série en cinq volets sur les races traditionnelles de poules. Les premiers volets s'intéressaient aux Gâtinaise, Coucou de Rennes et autres Houdan. Pour ce troisième tome, la Gasconne, la Limousine, la Meusienne et la Grise du Vercors entrent en scène…
-- PUBLICITE --
Notre éthique

Notre sélection de livres

L'agenda du jardinier bio 2018

Livre L'agenda du jardinier bio 2018
Les Potins du Potager
Antoine Bosse-Platière Xavier Mathias Joël Valentin

Ne manquez rien de l'actu de votre jardin au gré des péripéties de nos chers héros du potager !

160 pages; (15 x 21 cm); 12,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante