Diminuer la taille de la police (small).Augmenter la taille de la police (large).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. Supprimer l'ensemble de la personnalisationImprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités

5 résultats sur 11 - Page 2/2
[1]2

Du plastique dans l’eau du robinet

robinet filtration

17/04/2018 - Selon une étude publiée en juillet 2017 dans la revue Science Advances, 8,3 milliards de tonnes de plastiques vierges ont été produites dans le monde depuis 1950. Du fait de l'essor des emballages jetables, les trois quart sont très vite devenus des déchets et se retrouvent dans des décharges ou dans la nature. On a beaucoup parlé de ceux qui polluent les océans, mais on vient d'en trouver aussi sous forme de micro-billes dans l'eau du robinet. Une autre étude récente montre qu'en Europe 72 % des échantillons d'eau du robinet abritent en moyenne 3,8 fibres plastiques. Elles proviennent de nos machines à laver, de nos cosmétiques et de poussières diverses. Et on ignore tout de leurs effets sur notre santé.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Inutile et nuisible, une nouvelle autoroute

12/03/2018 - Les associations de protection de l'environnement d'Alsace se mobilisent contre le Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO), un projet vieux de plus de 40 ans dont les travaux risquent de commencer à la fin de l'été. Le projet détruirait près de 500 ha de terres agricoles, forêts et zones humides au nord et à l'ouest de Strasbourg, avec à la clé un remembrement gigantesque qui aura aussi un impact sur les haies et les vergers qui restent. Il impacterait gravement des espèces emblématiques comme le Grand hamster, déjà fortement menacé. Il apporterait bruit, pollution, destruction du cadre de vie à des milliers d'habitants sur 24 communes. Ses partisans soutiennent qu'il est nécessaire pour désengorger l'A35 qui traverse Strasbourg alors que de nombreuses études montrent que la circulation y sera à peine réduite, car l'essentiel des véhicules sont ceux des gens qui vont travailler à Strasbourg et non pas qui veulent contourner la ville. Seul le trafic de transit sera reporté sur le GCO et sa part relative est faible. Il apparaît de plus en plus que le but premier du GCO est de faciliter le trafic de transit entre le nord, l'est et le sud de l'Europe. L'Alsace pourrait ainsi subir un afflux de camions étrangers, d'autant plus qu'il existe une taxe poids lourds en Allemagne et il est donc moins cher pour les poids lourds de descendre la plaine du Rhin côté français. On sait aujourd'hui que construire de nouvelles routes, c'est inciter davantage de gens à prendre leur voiture. La solution à l'engorgement des villes et à la pollution automobile passe par l'amélioration des transports en commun, l'incitation au covoiturage et le développement des modes doux. Pour en savoir plus : https://gcononmerci.org

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

Soutenir les projets citoyens d’énergies renouvelables

31/01/2018 - EnRciT est un nouveau dispositif qui vise à favoriser le développement de projets citoyens d'énergies renouvelables et que vient de lancer le ministère de la Transition écologique et solidaire en partenariat avec l'Ademe, la Caisse des Dépôts, le Crédit Coopératif et la Caisse de retraite complémentaire Ircantec. Les trois derniers partenaires ont doté EnRciT de dix millions d'euros afin de permettre la réalisation de 150 projets pendant ces dix prochaines années. Le ministre Nicolas Hulot a rappelé que « d'ici 2030, nous devons doubler notre production d'énergie renouvelable. Ce ne sera possible que si on associe les citoyens avec des projets participatifs, grâce auxquels chacun peut investir dans les énergies renouvelables de son territoire. » Ce nouveau dispositif va permettre de lever les fonds nécessaires à la mise en place de projets citoyens et apportera les moyens nécessaires à la « sécurisation de la phase de développement ». Quant à elle, l'Ademe apportera un soutien technique et financier dans la phase d'amorçage des projets. Elle contribuera également à la mise en place d'un Centre de ressources par l'association Energie Partagée au niveau national ainsi que des structures d'animation régionales. EnRciT accompagnera les projets jusqu'à la phase de de construction, puis cédera sa participation au profit des acteurs du territoire (particuliers et collectivités). https://energie-partagee.org

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Nouvelles étiquettes énergie

04/01/2018 - Le Parlement européen a adopté en 2017 le nouveau cadre législatif de l'étiquette énergie. On n'y verra plus les classes A+, A++ et A+++, qui étaient source de confusion. La nouvelle échelle ira de A à G et les critères seront remaniés dès que 30 % des produits vendus relèveront de la classe A, afin d'accompagner les progrès en matière d'efficacité énergétique. De plus, il va falloir revoir les tests d'évaluation car une étude du Bureau européen de l'environnement a montré de gros écarts entre les consommations réelles et affichées pour certains appareils. Malheureusement, la mise en place de ces nouvelles étiquettes n'interviendra qu'à partir de 2020 et de manière progressive, selon les catégories d'appareils.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Des alternatives au polyuréthane

02/11/2017 - Côté performances, la mousse de polyuréthane est le champion des isolants. Elle est donc largement utilisée dans le bâtiment, notamment sous forme de panneaux pour les toitures terrasses des immeubles. Mais, revers de la médaille, c'est un isolant difficilement recyclable, avec un très mauvais bilan carbone et qui dégage des gaz très toxiques en cas d'incendie. Rien d'étonnant quand on connaît le process de fabrication qui intègre notamment du formaldéhyde et du phosgène, un gaz de combat suffocant.

Les rares entreprises mondiales qui maîtrisent cette chimie dangereuse travaillaient depuis des années en flux tendu pour répondre à la demande. Suite à la multiplication d'incidents techniques dans ces usines, il y a pénurie de polyuréthane. Raison de plus pour se tourner vers des isolants plus écologiques.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

5 résultats sur 11 - Page 2/2
[1]2

Notre sélection de livres

L'isolation thermique écologique

Livre L'isolation thermique écologique
Conception, matériaux, mise en oeuvre - Neuf et réhabilitation.

Un livre "référence" pour particulier et professionnel

(20 x 26 cm); 35,50 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante