Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Le mildiou de la laitue

© Vincent Jeannerot
legende © Vincent Jeannerot
Redouté pour sa capacité à se disséminer très rapidement dans de nombreuses cultures, le mildiou attaque aussi les laitues.

© Vincent Jeannerot

Avec la pourriture grise et la sclérotiniose, Bremia lactucæ, le mildiou de la laitue, s'attaque aux salades, sous abri mais aussi en plein air lorsque les conditions climatiques sont favorables au développement du champignon.
Les signes caractéristiques de la maladie sont, sur la face inférieure des feuilles, des taches d'un feutrage blanc farineux (à l'origine du nom de "meunier" parfois donné à la maladie, dessin ci-contre). Ces filaments blancs ramifiés libèrent des conidies, cellules propagées par le vent et la pluie qui assurent la dissémination du champignon. Sur la face supérieure des feuilles apparaissent des taches vert clair puis jaunâtres qui brunissent en se nécrosant au centre (dessin du haut). Chez les variétés sensibles, les attaques peuvent couvrir progressivement toute la surface des feuilles extérieures de la pomme et causer de gros dégâts.
Hygrométries élevées, températures fraîches (optimum de 5 à 10 °C la nuit et de 13 à 20 °C le jour), arrosage par aspersion, excès de fertilisation azotée et plantations trop denses : autant de conditions qui favorisent le développement de la maladie.

Conditions favorables

Elles sont surtout à craindre au printemps et en automne dans le Midi de la France et lors d'étés pluvieux dans les autres régions. Elles sont encore plus favorables sous abris froids ou peu chauffés (tunnels, serres). Les laitues ayant subi un stress (gel, manque ou excès d'eau, trop faible luminosité) y sont plus sensibles. En hiver, le champignon se conserve dans les déchets de culture enfouis dans le sol. Bremia lactucae attaque un grand nombre d'Astéracées, notamment l'artichaut, mais pas les chicorées.
Depuis des années, les sélectionneurs s'évertuent à créer de nouvelles variétés résistantes à Bremia lactucæ. Mais le champignon a de grandes capacités de recombinaison génétique et il finit toujours par contourner ces résistances en développant de nouvelles races. Depuis les années 50, les sélectionneurs recherchent des gènes de résistance dans les anciennes variétés ou de laitues sauvages. Certaines semences bio pour amateurs les possèdent : ces variétés résistantes peuvent être intéressantes mais la prévention reste la meilleure stratégie.

Antoine Bosse-Platière
rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Moyens de lutte

En prévention :

  • mettez au compost tous les déchets de récolte et ne cultivez pas de laitue au même endroit avant trois ans s'il y a eu attaque ;
  • au moment du repiquage, éliminez les plants suspects issus de vos semis et prévoyez un écartement suffisant pour une bonne aération ;
  • plantez dans un sol léger, sans excès de fertilisation azotée ;
  • en sol lourd et peu drainant, faites des planches surélevées ;
  • évitez l'arrosage par aspersion ou arrosez en fin de matinée pour obtenir un séchage rapide des feuilles ;
  • sous abri, aérez dès le matin pour évacuer l'humidité.

En ce qui concerne la lutte proprement dite, le Grab (Groupe de recherche en agriculture biologique) a effectué, en 2009, des essais sur une variété résistante de type feuille de chêne en culture sous tunnel. Plusieurs préparations ont été testées : un produit à base de silice, un stimulateur de défenses naturelles à base d'extraits de pectines et de chitine, un extrait d'agrumes, une infusion d'armoise et du Cuivrol (qui n'est pas homologué comme anti-mildiou mais comme engrais foliaire). La pression du mildiou a été très forte avec une contamination dès la plantation. Seul le Cuivrol a apporté une légère protection, mais au prix d'un apport de cuivre métal qui se stocke dans le sol. L'anti-mildiou efficace et sans cuivre reste encore à trouver.

Les 4 Saisons du jardin bio, édité par Terre vivante, est le magazine leader en jardinage bio depuis plus de trente ans. Il s'appuie sur l'expertise de journalistes et de praticiens du jardinage, de l'alimentation et de l'habitat écologique, et sur des échanges constants avec ses lecteurs. Ceux-ci participent notamment à des essais et expérimentations, menés en parallèle au Centre Terre vivante.

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre Pucerons, mildiou, limaces... Pucerons, mildiou, limaces...
Jean-Paul Thorez

Indispensable pour lutter efficacement contre ravageurs et maladies
Feuilleter le catalogue

Bonnes adresses

Voir l'annuaire complet

Partager cet article :
|

Notre sélection de livres

Pucerons, mildiou, limaces...

Livre Pucerons, mildiou, limaces...
prévenir, identifier, soigner bio
Jean-Paul Thorez

Indispensable pour lutter efficacement contre ravageurs et maladies

350 pages; (15 x 21 cm); 27,40 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

-- PUBLICITE --
Notre éthique
© 2008 Terre vivante