Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Des labels pour l'alimentation

Comment reconnaître un produit bio ? Sur les marchés, sur les cageots des producteurs ou les emballages des produits transformés, des mentions et logos ont pour but de renseigner le consommateur.
Partager cet article :
|

Produit issu de l'agriculture biologique française

Doivent apparaître clairement :

  • la mention “Agriculture biologique” ou “Produit de l'agriculture biologique” ou “Produit issu de l'agriculture biologique” ;
  • le nom de l'organisme certificateur : Écocert (la référence de la certification bio), Agrocert, Aclave, Qualité-France, Ulase, Certipaq ;
  • le logo AB, facultatif ;
  • éventuellement, le logo d'un organisme gestionnaire de marques comme Nature et Progrès, Bourgeon Bio, Coop Naturaplan, Demeter – labels les plus exigeants (ceux de la Réglementation européenne, d'AB et Biogarantie étant moins exigeants). 

Les critères pour un “plus bio”

Selon les cahiers des charges de la réglementation française européenne et française, et des labels Demeter, Nature et Progrès et Bourgeon Bio :

  • les aliments doivent être composés d'au moins 95 % d'ingrédients issus d'un mode de production biologique ;
  • les ingrédients autorisés : une liste restrictive d'additifs et arômes, l'eau potable, le sel (chlorure de potassium), la préparation à base de micro-organismes, certains ingrédients non-produits en bio (s'il est établi qu'ils ne peuvent être produits en quantité suffisante en bio), les plantes aromatiques et épices, extraits purs ;
  • les ingrédients proscrits : arômes, OGM, oligo-éléments, vitamines, acides aminés, composés azotés ; nitrites, nitrates et gélatine provenant d'une autre espèce animale que du poisson sauvage ;
  • les procédés autorisés : modification du pH des aliments, procédés mécaniques et physiques de cuisson et de fermentation, cuisson par chauffage direct et indirect, stockage à l'air ambiant ou réfrigéré, l'atmosphère contrôlée sous oxygène
  • les procédés proscrits : entre autres, les procédés chimiques de transformation, le traitement par micro-ondes, l'utilisation d'ustensiles contenant du silicone, du téflon ou de l'aluminium.

 Pour la transformation de fruits et légumes (conserves), sont autorisés l'adjonction d'additifs – pectine naturelle, acide alginique, graine de caroube, guar, agar-agar, jus de fruits acidifiants bio.

Véronique Buthod

Lire aussi l'article Manger bio, c'est bon pour la santé

-- PUBLICITE --
Notre éthique

Notre sélection de livres

Manger bio c'est mieux !

Livre Manger bio c'est mieux !
Claude Aubert Denis Lairon André Lefebvre

Petit manifeste sur l'alimentation biologique à l'intention des sceptiques et des convaincus. Un panorama objectif des connaissances scientifiques internationales actuelles apporte réponse aux questions que tout le monde se pose sur le bio.

160 pages; (12 x 18 cm); 5,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante