Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités Alimentation et Bien-être

6 résultats sur 13 - Page 1/3
1[2][3]

Un lobbyiste de l'agroalimentaire en charge de l'alimentation des Américains ?

16/11/2016 - Dans l'équipe que le président élu des États-Unis, Donald Trump, est en train de mettre en place, figurent de nombreux lobbyistes. Dont Michael Torrey. Pour s'occuper des sujets liés à l'agriculture et à l'alimentation, le futur président des États-Unis a en effet choisi quelqu'un qui a déjà touché à la politique (notamment au poste de chef adjoint du personnel du ministère de l'Agriculture sous l'administration Bush) mais qui, surtout, dirige depuis 2005 une société de lobbying dans le domaine de l'agroalimentaire, Michael Torrey Associates.

Parmi ses clients, ont trouve par exemple l'American Beverage Association, puissante organisation regroupant de nombreux industriels du soda - et qui a échoué dernièrement dans sa bataille contre l'instauration d'une taxe soda dans plusieurs villes américaines. Un groupe qui a versé au cabinet de Michael Torrey plus de 800 000 dollars ces quatre dernières années pour influencer notamment les politiques sur l'étiquetage alimentaire ou les directives nutritionnelles.

Torrey défend aussi les intérêts du Crop Insurance and Reinsurance Bureau - un organisme qui assure les cultures... et qui est accusé d'encourager les agriculteurs à cultiver des terres vulnérables à l'érosion ! -, du géant des produits laitiers Dean Foods, de Snac International (un groupe international d'industriels du snack) ou encore de Little Caesars, chaîne de fast-food spécialisée dans la pizza.

Un président climatosceptique et qui se soucie manifestement comme d'une guigne de la santé et de la nutrition de ses compatriotes ? Good luck, America!

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

Méfiance sur le müesli

13/10/2016 - L'association Générations futures vient de dévoiler les résultats d'une enquête portant sur plusieurs marques de müeslis. L'association a acheté au hasard 20 paquets de céréales de type müesli et assimilés* – 15 non bio et 5 bio – dans différents supermarchés de la région Hauts-de-France.

Après analyses en laboratoire, il apparaît que 100 % des échantillons non bio analysés contiennent des résidus de pesticides (10 en moyenne par échantillon) et de pas moins de 141 perturbateurs endocriniens ! Les échantillons bio, quant à eux, étaient exempts des uns comme des autres. Pour François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, cela révèle « l'exposition de la population à de trop nombreux résidus de pesticides perturbateurs endocriniens suspectés pouvant agir à des doses très faibles.»

Car si une consommation raisonnable (50 à 100 g de céréales par jour) n'est pas dangereuse, les experts s'inquiètent toutefois de l'effet cocktail de ces substances qu'on retrouve dans d'autres produits du quotidien (cosmétiques, produits ménagers, emballages), surtout pour les plus vulnérables d'entre nous (personnes âgées, jeunes enfants, femmes enceintes).

En mai dernier, l'association Alerte Médecins pesticides proposait des actions faciles à mettre en place pour limiter l'exposition aux perturbateurs endocriniens dans notre vie quotidienne. À commencer par faire ses courses au rayon bio. Ou à composer son petit-déjeuner en lisant Petits-déjeuners sans gluten qui vient de paraître aux éditions Terre vivante !

* Liste des produits analysés : All Bran Fruit' fibres Kellogg's ; Crousty 4 fruits Auchan ; müesli (pétales de blé) Fruits et Fibres Auchan ; müesli Alpen sans sucre ajouté ; müesli Bran Form fruits secs Brin de jour ; müesli Carrefour 7 fruits ; müesli Carrefour Fruits et Fibres ; müesli Classic morceaux de fruits Chabrior ; müesli croustillant aux fruits Brin de Jour ; müesli Jordans Country Crisp céréales complètes fruits et noix ; müesli Jordans Suprême 40% fruits ; müesli Kellogg's Country Store ; müesli Kellogg's Extra pépites crunchy müesli ; Nestlé Fitness 5 fruits ; Spécial müesli 30% fruits et noix Jordans ; müesli Bio 7 fruits Auchan ; müesli Bio aux fruits Bjorg ; müesli Bio croustillant 4 céréales et fruits secs Bio Village ; müesli Bio croustillant aux 7 fruits Terre ; céréales Bio
müesli Bio Jordans aux fruits et noix

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

 

Une mallette pour moins gaspiller

25/07/2016 - Chaque année, chaque Français jette plus de 20 kg de nourriture - dont 7 kg sont encore emballés ! On estime ce gaspillage alimentaire annuel à 10 millions de tonnes. Ces chiffres choquants ont donné une idée à une association iséroise de protection de la nature.

Le Pic Vert, c'est son nom, a conçu et réalisé une mallette pédagogique pour sensibiliser le public et lui offrir les moyens d'agir contre ce gaspillage impressionnant. Cette mallette, qui comprend des jeux de plateaux, des photos et des fiches actions à mettre en place au quotidien, permet de découvrir les causes et les conséquences du gaspillage et propose des solutions pour l'éviter. Si elle est conçue à la base pour un public enfant et adolescent, elle peut tout à fait être utilisée pour des adultes. Le Pic Vert organise par ailleurs des formations à destination des enseignants ou des éducateurs pour qu'ils puissent réaliser des interventions auprès des enfants avec cette mallette pédagogique.

Cette mallette est vendue 45 € (+ 3 € de frais de port) et a été subventionnée par l'Ademe (Agence de l'environnement de la maîtrise de l'Énergie), la Draaf (Direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt Auvergne-Rhône-Alpes), la Communauté d'Agglomération du Pays Voironnais ainsi que le programme Leader Européen.

Pour plus d'informations : Le Pic Vert, Réaumont (38), tél : 04 76 91 34 33, contact@lepicvert.asso.fr

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

 

Sans gluten mais avec confiance

© AFDIAG© AFDIAG
31/05/2016 - Tous ceux qui souffrent de la maladie cœliaque connaissent ce logo, un épi de blé barré dans un cercle signifiant que le produit sur lequel il est apposé ne contient pas de gluten.

Les droits de ce logo, propriété de l'Association cœliaque du Royaume-Uni, ont été cédés en 1995 aux autres associations cœliaques européennes avec, pour mission, de le protéger dans leurs pays respectifs.
En France, l'Afdiag (Association française des intolérants au gluten) a déposé ce logo, en tant que marque et dessin, auprès de l'Institut National de la propriété industrielle en 1996. Depuis le renouvellement auprès de l'Inpi en 2006, ce logo est sa propriété sur le territoire français.
Pourtant, certains produits l'utilisaient sans en avertir l'Afdiag qui a alors décidé d'élaborer un contrat d'utilisation du logo - remplacé en 2015 par un contrat européen - sous lequel les sociétés signataires s'engagent à plusieurs choses :
- respect d'une teneur maximale de 20 mg/kg de gluten résiduel dans chaque produit* ;
- analyse par des laboratoires indépendants du gluten résiduel dans le produit fini
- audit à la norme AOECS (Association of European coeliac societies) sur les lieux de fabrication des produits sans gluten et soumission des résultats à l'Afdiag au moins une fois par an.

Au-delà du respect du droit d'utilisation du logo, cette contrainte donne surtout une meilleure garantie aux intolérants au gluten de trouver des produits réellement adaptés à leur régime.
Pour connaître les produits "vertueux", cliquez ici pour accéder au répertoire de l'Afdiag listant les produits commercialisés par les fabricants signataires du contrat d'utilisation. Cete liste ne fait pas la distinction entre les produits bio et conventionnels : aussi, pour ceux qui souhaiteraient connaître les produits bio sans gluten, l'excellent magazine Niépi est une source on ne peut plus fiable.

*La réglementation européenne autorise certains produits logotés à contenir de l'amidon de blé, à condition que le seuil de gluten résiduel sur le produit fini soit inférieur à 20 mg/kg.

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

Des locaux très motivés

20/05/16 - Caplongue, village aveyronnais de 80 habitants, a vu naître en 2012 l'association des Loco-Motivés. Son ambition est de produire et consommer local dans le respect de la nature, des animaux et des personnes, de la manière la plus conviviale possible. Le réalisateur Oliver Dickinson a choisi de les suivre pendant douze mois, pour les mettre en scène dans son dernier long-métrage, Des locaux très motivés, au fil de portraits intimistes et poétiques.

Né à Londres en 1980, Oliver Dickinson est un documentariste franco-britannique, auteur de films d'inspiration sociale et écologique, récompensés par une vingtaine de prix dans différents festivals à travers le monde. Il a filmé Vincent, Aveyronnais aventureux entrepreneur de Scop, Isabelle, vaillante maraîchère venue de la ville, Philippe, paysan-confiturier philosophe, Thierry, passé de l'industrie à l'élevage d'escargots… et quelques autres, qui font vivre les Loco-Motivés dans une ambiance d'optimisme et de chaleur humaine.

Un film à découvrir lors de nombreuses projections à venir en mai, juin et juillet, notamment le 25 mai à Torcy (71), le 26 à Marseille (13), le 7 juin à Monsempron-Libos (47) ou le 18 juillet au festival des Étoiles de Najac (12, mais aussi bien d'autres dates, à découvrir sur cette page.

Pour voir des extraits, rendez-vous sur le site du film.

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

 

Démissions au Haut conseil des biotechnologies

13/04/2016 - Créé en 2008, le Haut Conseil des biotechnologies (HCB) est une instance - a priori - indépendante, placée auprès de différents ministères (Environnement, Agriculture, de Recherche, Santé et Consommation) et chargée de rendre des avis sur toutes questions intéressant les biotechnologies. Et notamment les organismes génétiquement modifiés (OGM) qui méritent un vrai débat sociétal et scientifique.

Un débat apparemment impossible au sein du Haut conseil des biotechnologies. Accusée d'être aux mains des lobbyistes de l'agrochimie (avec l'aval tacite du gouvernement), cette instance se voit aujourd'hui privée de sept associations de la société civile, et non des moindres : les Amis de la Terre, la Confédération paysanne, la Fédération nationale de l'agriculture biologique, France Nature Environnement, Greenpeace, le Réseau Semences Paysannes et l'Union nationale de l'apiculture française ont en effet décidé de démissionner.

Toutes déplorent la censure exercée par le HCB quand un avis divergent a pointé, en février dernier, les risques des nouveaux OGM. Ces organisations avaient alors suspendu leurs travaux en attendant que cet avis (rédigé par Yves Bertheau, directeur de recherche à l'Inra), soit rendu public et transmis aux autorités françaises et européennes par le HCB. Deux mois plus tard, toujours rien et le gouvernement français se base désormais sur un vrai-faux avis scientifique totalement partial, tout en mettant en avant une consultation de la société civile jamais menée à son terme.

Plus grave encore, cet avis se trouve aussi sur la table de la Commission Européenne et c'est sur lui qu'elle se basera pour décider (ou non) de l'exclusion de la réglementation OGM de ces nouvelles techniques de modification génétique. Si elles en étaient exclues, les organismes issus de ces techniques pourraient être librement cultivés en échappant à toute évaluation, traçabilité et étiquetage OGM en Europe. Avec tous les risques que cela engendre...
Une mascarade à laquelle les sept organisations démissionnaires ont décidé de ne plus souscrire.

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

 

6 résultats sur 13 - Page 1/3
1[2][3]

Notre sélection de livres

Manger bio c'est mieux !

Livre Manger bio c'est mieux !
Claude Aubert Denis Lairon André Lefebvre

Petit manifeste sur l'alimentation biologique à l'intention des sceptiques et des convaincus. Un panorama objectif des connaissances scientifiques internationales actuelles apporte réponse aux questions que tout le monde se pose sur le bio.

160 pages; (12 x 18 cm); 5,00 €

Ajouter au panier

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante