Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

  • Vous êtes ici :
  • Accueil > 
  • Actualités
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités de l'écologie pratique

6 résultats sur 418 - Page 1/70
1[2][3][4][5][6][Dernière]
Jardin Bio

Ferme du Vieux Poirier

Paysans en bio, lauréat Fermes d'Avenir 2015, Lauriane et Charles Durant lancent fin avril un financement participatif pour planter 1.000 arbres sur nos 2,3ha de terre afin de créer une forêt nourricière en mode permacol pour nos animaux d'élevage.Puisque leurs terres alsaciennes sont chaque année inondées, Charles et Lauriane vont creuser des étangs. Dans l'eau, ils vont élever poissons et écrevisses. Et pour recréer un sous-bois pour leurs porcs et volailles, ils vont planter des fruitiers. Qui dit troncs dit champignons ? Lauriane va se lancer dans la culture de cèpes et de shiitakés. Une superbe agriculture circulaire où les déchets des uns font le bonheur des autres. "Les deux grands problèmes du futur seront ceux de l'énergie et de la nourriture. Nous, on sera autonomes sur ces deux points." Pour les aider à réaliser leur projet c'est sur www.bluebees.fr "Fermes d'avenir" jusqu'au 23 novembre 2015. "Nous avons le courage, ou la folie, de vouloir changer l'agriculture et pour ce faire nous avons besoin de votre aide".
https://bluebees.fr/fr/project/186-fe...
Suivez nous sur Facebook https://www.facebook.com/LaFermeDuVie...

Alimentation et bien être

Müeslis bio et locaux made in Lot-et-Garonne

09/01/2017 - C'est dans leur petite cuisine parisienne que Carine Galante et Antoine André, cadres dans la grande distribution, ont commencé à peaufiner leur grand projet : révolutionner le marché du petit déjeuner sain avec des müeslis sans gluten.

Mais c'est au sein du centre technique de l'Agropole d'Agen, dans le Lot-et-Garonne que leur société, baptisée Kokoji, est née. C'est là, affirme Carine, qu'ils ont « trouvé (...) les moyens de pouvoir développer [leurs] recettes. » La société a été accompagnée par une banque, mais aussi et surtout 656 "contributeurs-testeurs" : ces derniers, via la plateforme de financement participatif Ulule, ont précommandé pour 26 700 € de müesli quand ses créateurs en attendaient 5 800 !

S'appuyant largement sur Internet pour sa distribution, Kokoji fabrique aujourd'hui des müesli bio, sans gluten et vegan haut de gamme principalement élaborés à partir de produits locaux. Elle commercialise deux formules (une "découverte", 25 € pour deux sachets de 350 g, une "gourmande" à 45 € pour six sachets). Les prix sont plus élevés que ceux pratiqués par les grandes marques mais restent alignés sur ce qui se fait en boutiques bio – et sont dégressifs si les acheteurs s'engagent sur plusieurs mois. C'est aussi la garantie de trouver dans les différentes recettes des pourcentages plus élevés de produits locaux et de qualité, préparés avec un process de production à basse température préservant les qualités nutritionnelles des aliments.

En plein développement, Kokoji travaille maintenant sur l'évolution du packaging recyclable de ses produits. Pour que le contenant soit au même niveau de qualité que le contenu.

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

 

Jardin Bio

Recherche maraîcher urbain !

06/01/17 - Le bailleur social Tours Habitat innove, avec son projet des Jardins perchés, qui vise à allier logement social et maraîchage professionnel urbain. La résidence, qui comptera 75 logements locatifs sociaux, comprendra également 1 300 m2 de terrain ainsi que 900 m2 de toit dont 776 m2 de serre dédiés à l'exploitation agricole. Un maraîcher sera chargé de mettre en œuvre le projet, alors que l'immeuble doit sortir de terre en 2019. Tours Habitat a d'ailleurs lancé l'appel à candidatures, qui sera clos le 28 février.

Le profil recherché est celui d'un détenteur d'un diplôme d'une formation agricole (BPREA, Bac pro, Licence pro, etc.), maîtrisant les techniques du maraîchage, connaissant les principes de la permaculture, de l'agroforesterie et de l'agroécologie, capable de créer du lien avec les habitants et doté d'une farouche envie d'innover et de réussir un projet audacieux.

Une première étude de faisabilité, réalisée par l'association Fermes d'Avenir, a estimé les recettes à 19 000 € en légumes, 15 000 € en formation et activités complémentaires (ateliers pédagogiques, activités agricoles complémentaires comme la culture de champignons ou la pisciculture, envisageables sur le site. Les charges, elles, sont estimées à 22 500 €/an.

Toutes les informations nécessaires à la candidature sont sur le site http://les-jardins-perches.fr/

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Habitat écologique

L'arbre qui attire les pigeons

© Mich© Mich

23/12/2016 - Promoteur inconditionnel du nucléaire, Arnaud Montebourg a voulu montrer son intérêt pour les énergies renouvelables en soutenant ostensiblement la grande innovation d'une start-up tricolore : l'Arbre à vent, une mini-éolienne en forme d'arbre.

Mauvaise pioche, cet arbre aux 63 feuilles tournantes coûte une fortune (70 000 €) et produit très peu de courant : il faudrait une forêt de 2 940 arbres à vent pour produire l'équivalent d'une grande éolienne ! En outre, il a tendance à perdre ses feuilles dès que le vent est un peu fort, au risque de blesser les passants.

Il serait temps que nos politiques étudient sérieusement les questions énergétiques.

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Jardin Bio

Marelle nourricière

marelle_2

© François Rouillay

08/12/2016 - Avis aux instituteurs, animateurs et autres pédagogues ! François Rouillay, dynamique instigateur de groupes d'Incroyables Comestibles dans sa région Alsace en particulier et en France en général, a mis au point un concept de “marelle nourricière” digne d'être expérimenté.

L'idée, c'est de faire une lasagne (inspirée des conseils de réalisation publiés dans les 4 Saisons) en forme de marelle. D'abord, on met de côté tous les matériaux utiles (vieux cartons, bois, tontes de gazon, etc.), ce qui peut prendre du temps car une lasagne nécessite beaucoup de matériaux. Puis on trace la marelle avec les enfants. Surtout, on n'oublie pas de prendre le temps d'y jouer d'abord !

Ensuite, on monte sa lasagne comme une lasagne ordinaire : une couche de carton, une couche de bois, une couche de tontes, une couche de feuilles mortes (pas forcément dans cet ordre), sans oublier de bien arroser entre chaque couche. Bref, on suit les indications de cet article. Ensuite, on plante et on sème avec les enfants. Et on attend de voir ce qui sort ! Apparemment, les essais tentés par François Rouillay en avril dernier ont été couronnés de succès.

À votre tour d'essayer !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Alimentation et bien être

Bio dans les cantines : l'Assemblée nationale dit oui

08/12/2016 - La mesure concernant les parts de produits bio et durables en restauration collective faisait débat depuis le mois d'octobre. Elle a finalement été adoptée à l'unanimité, le 23 novembre à l'Assemblée nationale.

À partir de 2020, les restaurants collectifs publics devront respecter un seuil de 40 % de produits durables (de saison, de qualité et issus de circuits courts) dont 20 % de produits bio.
En octobre, l'amendement qui les fixait avait été déclaré irrecevable par le Sénat. Mais le 23 novembre dernier, porté par Brigitte Alain, députée écologiste de Dordogne, il a été adopté à l'unanimité à l'Assemblée nationale. Il est depuis cette date intégré à la loi Égalité et Citoyenneté.

D'après un sondage Ipsos de janvier 2015, la mesure « est souhaitée par 76 % des Français », rappelle Brigitte Allain. Elle félicite les parents d'élèves, associations et citoyens qui se sont mobilisés. Et souligne que « manger, choisir la nourriture servie aux enfants, aux jeunes, aux malades, aux personnes résidant en EHPAD, est bien un choix responsable, politique et citoyen. »

Les grandes entreprises sont également concernées et devront insérer un axe "alimentation durable" dans leur politique de responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

6 résultats sur 418 - Page 1/70
1[2][3][4][5][6][Dernière]
© 2008 Terre vivante