• Vous êtes ici :
  • Accueil > 
  • Actualités
Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Actualités de l'écologie pratique

6 résultats sur 435 - Page 1/73
1[2][3][4][5][6][Dernière]
Habitat écologique

Terre vivante accueille Alternatiba Rhône-Alpes

18/07/17 - Mardi 25 juillet, Terre vivante reçoit les cyclistes d'Alternatiba qui font étape à Mens, dans le Trièves (38) durant leur "tour vélo à énergie positive". Initié par le collectif citoyen Alternatiba Rhône, ce tour est un "festival itinérant de la transition énergétique", qui sillonne les routes du Rhône, de la Loire, de l'Ardèche, de la Drôme et de l'Isère entre le 1er et le 27 juillet. Son objectif : renforcer la transition énergétique et citoyenne.

Les cyclistes du tour arriveront à Mens le lundi soir, où ils seront accueillis et hébergés par la mairie. Une conférence gesticulée de Gwennyn Tanguy est prévue à 20 heures sous la halle du village, intitulée “C'est pas la fin du monde ! Mais faut tout réinventer”. Après une bonne nuit de repos (ils auront tout de même franchi le col de Menée le lundi, qui n'est pas une mince affaire…), les cyclistes rencontreront des salariés de la Scop Terre vivante, qui les accompagneront jusqu'au centre à vélo depuis Mens… Certains salariés – les tricheurs… – en profiteront pour essayer des vélos électriques !

Au programme du matin, visite des bâtiments du centre Terre vivante, des jardins et de l'exposition habitat écologique, suivie par un déjeuner sur la terrasse... Le tour à vélo fera ensuite son retour à Mens pour un atelier sur la rénovation énergétique des bâtiments animé par Florin Malafosse, de la communauté de communes du Trièves, un forum “actions et solutions” mené par Alternatiba Rhône, toujours sous la halle. La soirée se poursuivra avec un repas partagé et un bal folk animé par le groupe les Coquecigrues de Mens.

Avec ses 15 étapes à vélo ponctuées de "fêtes à énergie positive", ce tour vise à rassembler un large public autour des enjeux locaux de transition énergétique, afin de renforcer les initiatives locales et de construire la suite ensemble pour adapter nos lieux de vie face au défi climatique. 

De nombreuses solutions locales se développent dans chaque territoire : elles ne demandent qu'à être soutenues, renforcées et reliées pour changer d'échelle. Venez nombreux nous rejoindre à Mens le 25 juillet !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Habitat écologique

Eoliennes : pas dans les zones protégées !

27/06/17 - La Ligue de protection des oiseaux (LPO) a publié le 20 juin dernier un bilan national des rapports de suivi de la mortalité des oiseaux imputables aux éoliennes effectués entre 1997 et 2015 sur 1065 éoliennes françaises. Le nombre total de cadavres d'oiseaux retrouvés  (1102) apparaît assez faible. Mais l'estimation de la mortalité réelle - prenant en compte la durée de persistance des cadavres et le taux de détection - varie selon les parcs éoliens de 0,3 à 18,3 oiseaux tués par éolienne et par an, ce qui n'est pas négligeable. Sur les 97 espèces retrouvées, 75 % bénéficient d'un statut protégé et 8,4 % figurent sur la liste rouge des espèces menacées en France comme le bruant jaune et le gobemouche noir. Les espèces les plus touchées sont les passereaux (roitelets, alouettes, moineaux) suivis des rapaces diurnes (faucon crécerellette, milan noir...), les mouettes rieuses (près des parcs éoliens du littoral) et les martinets noirs. Enfin, la mortalité des oiseaux est environ deux fois supérieure pour les éoliennes situées à moins de 1000 m de zones de protection spéciales (ZPS) intégrées au Réseau Natura 2000 en raison de leur intérêt pour la protection des oiseaux, alors que les parcs concernés n'accueillent que 11 % des éoliennes françaises. Pour la LPO, « il convient donc rejeter l'implantation d'éoliennes à l'intérieur et à proximité des ZPS » (zone tampon d'1 km). Elle souhaite également que les éoliennes des parcs les plus anciens précisément situés à proximité des ZPS ne soient pas remplacées. La LPO précise cependant qu'elle soutient le développement des énergies renouvelables, selon les objectifs du scénario Négawatt, et donc celui des éoliennes. Mais en dehors des ZPS, qui ne couvrent que 8 % du territoire métropolitain. www.lpo.fr

Antoine Bosse-Platière, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Jardin Bio

Joignez-vous au Fermes d'avenir tour

26/06/17 – Après les deux premières éditions du concours Fermes d'avenir, l'association du même nom organise le "Fermes d'avenir Tour", qui parcourt cet été la France à la rencontre des multiples facettes de l'agroécologie et de la permaculture. L'objectif ? Montrer que le modèle fondé sur l'agrochimie n'est pas le seul possible, en faisant découvrir les initiatives locales qui préfigurent le monde rural - mais aussi urbain - de demain.

Les participants peuvent soit se joindre aux étapes, soit participer à la caravane - à vélo de préférence, les étapes ayant été pensées pour ce que soit faisable (étapes parfois très courtes de 20 km, mais parfois plus longues !). À chaque étape, une équipe locale propose une « programmation 100 % bienfaits immédiats », avec notamment des visites de fermes ou de jardins, des conférences, des formations, des dégustations de vin, des projections de documentaires et des concerts.

Le tour alterne étapes rurales et urbaines, avec notamment Noroy-le-Bourg (70) du 30 juin au 2 juillet, Besançon (25) du 3 au 5 juillet, Marseille du 15 au 17 juillet, Saint-Martin-de-Crau (13) du 21 au 23 juillet, Poucharramet (31) du 2 au 5 août, Mimizan (40) du 11 au 13 août, Vasles (79) du 20 au 22 août, Rennes du 29 au 31 août, Nantes du 4 au 6 septembre et, pour finir, Rochecorbon (37) du 14 au 17 septembre. En tout, 30 étapes pour 30 territoires, 30 communautés et 30 mini-festivals, soit 30 opportunités de faire connaissance avec de belles initiatives !

Programme complet sur www.fermesdavenirtour.org

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

Alimentation et bien être

Supermarchés coopératifs : l'Éléfàn grenoblois prend du volume !

26/06/17 - Un supermarché proposant des produits de qualité à des tarifs inférieurs à ceux de la grande distribution et dont les clients seraient aussi un peu propriétaires, ça a tout du fantasme anti-système ! Eh bien non, ça existe et pas seulement ailleurs qu'en France.

L'un des pionniers de ce modèle coopératif est le supermarché de Park Slope, à New-York : ouvert en 1973, il compte 17000 coopérateurs qui, tous, donnent 2h45 de leur temps par mois pour y travailler sous la supervision de 70 salariés. Sa longévité témoigne du succès et, en conséquence, les prix sont 40% inférieurs à leurs homologues des autres circuits de distribution.

En France aussi, de nombreux projets de supermarché sont en route. Celui de la Louve, dans le XVIIIe arrondissement de Paris est déjà bien avancé : ouvert en novembre dernier, le magasin dispose de 1500 m2 et compte 4 000 adhérents - et les demandes d'adhésion continuent, à raison de cent par semaine.

Les choses bougent également en province. Ainsi, à Grenoble, en Isère, où l'Éléfàn (c'est son nom) compte déjà près de 650 adhérents. Chaque coopérateur doit fournir trois heures de travail toutes les quatre semaines. Pour l'instant, il n'y a pas encore de magasin - c'est un objectif pour septembre - mais il existe déjà un groupement d'achats, avec un catalogue sur lequel on peut commander œufs, des légumes, bières artisanales, savons...

En mai dernier, une grande campagne de recrutement a eu lieu pour atteindre l'objectif de 800 adhérents et, le 23 juin, l'Eléfàn organisait une petite fête musicale précédée d'ateliers, histoire de convaincre de nouvelles personnes d'adhérer. Ça vous intéresse ? Toutes les infos sont là : https://lelefan.org/#nousrencontrer

Omar Mahdi, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

 

 

Alimentation et bien être

L’ambroisie, un pollen ultra-allergisant

Ambroisie

Observatoire des ambroisies

16/06/2017 - Si le tilleul et les graminées continuent actuellement à disperser leurs pollens, une autre plante, redoutée par les personnes sensibles à son pollen - le plus allergisant de France ! -, entame sa croissance : l'ambroisie ! En fleurs et particulièrement dangereuse dès le mois d'août, elle peut être arrachée dès maintenant, sur votre propriété ou sur un terrain public, voire signalée. Début avril 2017, les trois variétés d'ambroisie - ambroisie à feuilles d'armoise (Ambrosia artemisiifolia), ambroisie à épis lisses (Ambrosia psilostachya) et ambroisie trifide (Ambrosia trifida) ont été classées comme espèces nuisibles pour la santé humaine (voir le décret). Les préfets pourront mener des opérations de lutte, même sur des propriétés privées ! Pour en savoir plus : en Auvergne-Rhône-Alpes, région particulièrement touchée, http://www.air-rhonealpes.fr/article/ambroisie-et-pollens, et aussi l'Observatoire des ambroisies.

Jardin Bio

Retrouver le lien à la nature

© JJRaynal© JJRaynal
12/07/17 – La nature ne s'apprend réellement que si elle se vit. C'est en faisant ce constat que Frédéric Plénard, enseignant de sciences de la vie et de la terre en Nouvelle Aquitaine, a décidé de lancer le projet Le grand secret du lien. « Permettre à des enfants de monter dans les arbres, d'aller dans les rivières, de courir après les papillons... c'est indispensable, surtout en ces temps où ils sont rivés aux écrans, parfois 8 heures par jour ! » explique-t-il. Durant l'année 2017-2018, 50 enfants et jeunes de cinq régions différentes – Grand Est, Nouvelle Aquitaine, Centre Val-de-Loire, Normandie et Auvergne Rhones-Alpes – vont effectuer des séjours de 2 à 10 jours en immersion dans la nature, afin de vivre une vraie rencontre, sensible, avec la nature, « afin de les amener progressivement à retrouver la conscience de leur appartenance à la Terre ».

Emmenés par des guides et des passeurs de nature, les enfants seront également suivis par des scientifiques, pour voir comment cette immersion dans la nature impacte leur relation avec eux-mêmes, avec les autres et avec leur environnement. Le projet est parrainé par cinq sages – Pierre Rabhi, philosophe agroécologiste, Vincent Munier, photographe nature, Philippe Meirieu, spécialiste de l'éducation, Emmanuelle Grundmann, spécialiste des grands singes et Françoise Serre-Collet, du Museum d'histoire naturelle – qui vont demander aux jeunes de chercher “le grand secret du lien” qui a été perdu dans notre relation à la nature. Investis de cette mission, les cinq groupes devront tenter de retrouver ce secret et d'illustrer leur réponse par un petit film qu'ils réaliseront au fil de l'année.

Déjà auteur d'un documentaire, Le lien, sur un groupe d'enfants en immersion dans la nature pendant dix jours, Frédéric Plénard réalisera un film sur cette belle aventure humaine. Le projet, financé notamment par la fondation Nature & Découvertes et soutenu par de nombreuses structures d'éducation à l'environnement, a lancé une opération de financement participatif, qui vise à collecter 20 000 €. En ces temps où les enfants et les jeunes sont de plus en plus déconnectés de la nature, on ne peut qu'inciter à y participer !

Marie Arnould, de la rédaction des 4 Saisons du jardin bio

6 résultats sur 435 - Page 1/73
1[2][3][4][5][6][Dernière]
© 2008 Terre vivante