Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

Les rotations dans la pratique

© Jean-Jacques Raynal
legende © Jean-Jacques Raynal
Incontour­na­ble, le plan du potager, dessiné sur un carnet. Les "planches" étant identifiées et numérotées, on notera chaque année la fertilisation apportée et la succession des cultures. C'est parti pour la rotation !
Partager cet article :
|

Premier principe

Prenez en compte les apports de matières organiques (compost mûr ou demi-mûr) :

  • première année : la planche où vous apportez du compost verra une culture gourmande (pomme de terre, tomate, poireau, chou...) ; c’est ce que les professionnels appellent la tête de rotation ;
  • les deuxième et troisième années, mettez en place des cultures moyennement exigeantes ou ne supportant que des composts très bien décomposés (betterave, carotte...) ;
  • ensuite, viendront les cultures frugales ou redoutant les excès de compost (ail, oignon, haricots...) ;
  • un nouveau cycle commence avec un nouvel apport de compost et une culture gourmande.

Un cycle peut durer de trois à cinq ans.

tableau
© Ch. Galinet

Deuxième principe

Evitez la succession, sur une même planche, du même légume ou de deux légumes de la même famille botanique.
Vous pouvez adopter un intervalle de trois ans (c’est un minimum), sauf pour les cultures suivantes, pour lesquelles il vaut mieux respecter un intervalle de cinq ans :
  • ail, oignon, échalote (risque de pourriture blanche) ;
  • chou pommé, chou-fleur, chou de Bruxelles (hernie du chou : tumeurs sur les racines) ;
  • laitue (sclérotinia : flétrissement de la plante) ;
  • carotte, betterave (rhyzoctone violet : taches violacées sur les racines, pourriture).

Troisième principe

Faites intervenir tour à tour dans les rotations des légumes cultivés pour la production de feuilles (laitues, chicorées, chou, épinard...), de bulbes (ail, oignon, échalote...), de racines (betterave, carotte, navet, panais...), de fruits (aubergine, tomate, courgette, melon...).

 Rémy Bacher 

À savoir

Plus longue est la rotation, meilleurs sont les résultats.

  • Évitez de laisser les résidus de la précédente culture et ne les enfouissez jamais sur place, sous peine de favoriser nématodes, champignons... Profitez-en plutôt pour enrichir votre compost.

Compléments indispensables à une bonne pratique des rotations :

  • plantez des tagètes ou des œillets d’Inde dont les racines émettent des substances détruisant les nématodes
  • un engrais vert (graminée + légumineuse ; exemple : seigle + vesce) a un effet stimulant sur la microfaune du sol, renforçant leur action contre les organismes pathogènes
  • aménagez l’environnement du potager pour attirer les insectes auxiliaires (fleurs annuelles et vivaces).

 

Sur le m�me sujet

En savoir plus - livres de Terre Vivante

Livre Le guide du jardin bio Le guide du jardin bio
Brigitte Lapouge-Déjean
Jean-Paul Thorez

Si vous n'en n'aviez qu'un dans votre cabane de jardin, ce serait celui-là !
Livre Une bonne terre pour un beau jardin Une bonne terre pour un beau jardin
Rémy Bacher
Blaise Leclerc

Indispensable pour démarrer son jardin sur de bonnes bases ...
Feuilleter le catalogue

Stage Terre vivante

Cette année, je démarre un potager bio !

Pour tous ceux qui rêvent d'un potager bio, mais ne savent par où commencer. Toutes les étapes et les gestes indispensables avec les jardiniers de Terre vivante.

 

-- PUBLICITE --
Notre éthique

Notre sélection de livres

Une bonne terre pour un beau jardin

Livre Une bonne terre pour un beau jardin
Paillage, engrais verts, grelinette...
Rémy Bacher Blaise Leclerc

Indispensable pour démarrer son jardin sur de bonnes bases ...

160 pages; (15 x 21 cm); 19,30 €

Voir le catalogue  >

© 2008 Terre vivante