Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

L'edito du mois n° 224 des 4 Saisons du jardin bio (mai-juin 2017)

Tiré du n° 224 des 4 Saisons du jardin bio, mai/juin 2017

Le comestible à la portée de tous

Portrait de Véronique Buthod

C’est une voiture abandonnée dans la rue, au coeur du quartier animé de Kensington à Toronto (Canada). Taguée, comme de nombreuses façades ici, elle attire les passants. Mais c’est surtout la verdure qui intrigue. Car l’épave est un véritable jardin : le capot est en herbe, des tomates et des choux poussent sur le toit aux côtés d’un petit noisetier, des queues d’oignons et du basilic débordent du coffre. L’image fait sourire… l’idée fait envie : remettre la nature, le comestible, à la portée de tous. Un an après le succès en salle de Demain, le film de Cyril Dion et Mélanie Laurent, des initiatives émergent. Oh, de « petites choses », diraient ceux qui en sont à l’origine. Mettre en place des jardinières dans une ville, ouvertes à tous, en s’inspirant des Incroyables comestibles, oui, c’est simple ; mais le documentaire a eu le mérite d’encourager le possible, d’inciter les habitants à oser. En ouvrant les regards sur l’alimentation saine, il a aussi permis à la barrière, qui séparait parfois “ceux qui savent” jardiner et les autres, de se lever.

En mars, sept métropoles – Nantes, Lille/Roubaix, Paris, Montpellier, Strasbourg, Toulouse, Bruxelles – ont participé aux 48 heures de l’agriculture urbaine (www.les48h.fr), avec des animations sur le jardin : ateliers semis chez un maraîcher bio, réhabilitation d’une friche, dégustation de “légumes moches”, fabrication de jardinières en palettes, déambulation en lien avec le compostage… Autant d’occasions d’ouvrir des portes et de créer du lien ; d’autoriser les citoyens à devenir acteurs du jardin, à se réapproprier le lien avec la nature comestible, comme à Ronchin, en banlieue lilloise, où naît un projet de jardins-forêts participatifs de 2,5 hectares. Savourer le bonheur des premiers radis sortis de “sa” terre ou des ‘Gariguettes’, cela devrait vraiment être ouvert à tous.

Véronique Buthod, rédactrice en chef déléguée des 4 Saisons du jardin bio

© 2008 Terre vivante