Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

L'édito du mois n° 218 mai-juin 2016

Tiré du n° 218 des 4 Saisons du jardin bio, mai-juin 2016

Tous au ciné

C ’est un vieux monsieur un peu silencieux. Et un grand jeune homme un peu gauche. Tous deux se retrouvent autour du jardin. Le plus jeune se lance dans la permaculture. L’ancien, lui, cultive un potager depuis des décennies. « J’ai 85 ans, tu sais, pitchou. Mais j’espère continuer à être là. Et je te transmettrai ma façon de cultiver. Tu regardes comment je fais et tu recopies. Comme le grand-père m’avait montré à l’époque, ça fait soixante-dix ans de ça. » Evidemment, le jeune homme n’a pas tout à fait envie de faire comme son grand-père. Il paille abondamment ses tomates, « je les ai pas arrosées papy ! ». « Je te l’ai pas dit, mais je te les ai arrosées ! » le taquine le grand-père…

Le grand jeune homme, c’est le documentariste Martin Esposito, qui a souhaité venir partager des moments de vie avec ce grandpère marqué par la perte de sa femme. Le film "Le potager de mon grand-père" raconte la difficulté à surmonter ce deuil et à retrouver l’envie de s’occuper du potager délaissé depuis, et la vie qui revient petit à petit, par le compagnonnage au jardin, par la grâce du partage, de la transmission d’un savoir accumulé au fil des ans. C’est un beau film, où la tendresse affleure sous la pudeur, et où l’appétit de vivre émerge sous le chagrin.

Il est sorti le 20 avril. Ce n’est pas si souvent qu’un film parle de potager, allez le voir ! Et parlez-en autour de vous. Le bouche-àoreille, quoi de mieux pour faire le succès d’un film ? C’est grâce aux échos enthousiastes de ses spectateurs que le film Demain est devenu un véritable phénomène de société. À l’heure où nous bouclons ces lignes, fin mars, il a atteint les 900 000 entrées. Un succès amplement mérité. Tout en menant une enquête sérieuse, ses auteurs ont su garder un ton frais, joyeux, ludique, qui donne envie aux spectateurs de bouger et de faire changer les choses. À l’instar des manifestations Alternatiba, il met en avant les initiatives passionnantes, celles qui marchent, qui démontrent non seulement que le monde peut changer, mais que ce changement est déjà là et que nous sommes à l’aube de tous les possibles. Revigorant.

Marie Arnould, rédactrice en chef des 4 Saisons du jardin bio

© 2008 Terre vivante