Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

L'édito du mois n° 212 mai-juin 2015

Tiré du n° 212 des 4 Saisons du jardin bio, mai-juin 2015

Des enfants et des poules

C’est une bien jolie histoire que nous conte Anne Denis dans ce numéro. Celle d’enfants réunis en conseil municipal des jeunes, et qui ont créé un poulailler collectif dans leur petite commune de Villers-les-Pots, en Côte-d’Or. Ensemble, ils ont construit le poulailler ; ensemble, ils nourrissent les poules, les soignent, récoltent leurs œufs. Autour d’eux, une formidable dynamique – parents, élus – s’est mise en place pour les aider. Le renard, dépité, a dû battre en retraite devant l’efficacité du grillage « façon camp militaire »… Une omelette géante va rassembler tout le village au mois de mai pour fêter cette superbe initiative.

Partout en France, des jardins fleurissent dans les écoles. À l’école maternelle Paul-Painlevé, à Grenoble en Isère, dans le cadre de la réforme du périscolaire, Sakina Lachoub, la référente des animateurs, a créé avec les tout petits un jardinet de bric et de broc, dans des bouteilles en plastique coupées en deux. Dans l’école primaire d’à côté, Daniel Vanlaethen, un retraité, enseigne aux enfants les rudiments du jardinage. Dans la cour, rompant la monotonie de l’asphalte, trône un petit potager. Bon an mal an, malgré la grande coupure des vacances d’été, il produit quelques tomates…

Mais plus que des tomates, ce qu’il produit est irremplaçable : une vraie expérience du rapport à la terre, du rapport au vivant. Beaucoup de ces enfants vivent coupés de la nature. Combien, parmi eux, ont un jardin ? Sortent se balader le week-end ? Combien ont des parents qui leur font écouter le chant du merle ? Combien savent qu’un insecte, ce n’est pas juste une bête qui pique ? Et puis, au-delà de l’expérience, ces jardinets sont un vecteur de lien social : parfois le lien avec les anciens, parfois le lien avec d’autres habitants car l’initiative est liée à un projet de quartier… Alors un très grand merci aux initiateurs de ces projets – pour les enfants eux-mêmes qui ont grand plaisir à participer et à faire pousser des plantes, et pour notre monde à venir. Car il aura grand besoin d’adultes qui sachent ce que c’est une plante et ce qu’est l’infinie et extraordinaire diversité de la vie.

Marie Arnould, rédactrice en chef des 4 Saisons du jardin bio

© 2008 Terre vivante