Editions Terre Vivante – L’écologie pratique

Diminuer la taille de la police (x-small).Augmenter la taille de la police (medium).Augmenter les contrastes en inversant les couleurs. La mise en forme courante correspond à celle par défaut.Imprimer ce document.Ajouter aux favoris Envoyer à un ami

L'édito de septembre-octobre 2013

Tiré du n°202 des 4 Saisons du jardin bio, septembre-octobre 2013

Bon, propre et juste

"Dans les Andes du Pérou, en 1800, il existait 2 500 variétés de pommes de terre. Aujourd'hui, il n'en reste plus que 500. C'est impressionnant. [...] Entre le début du XIXe siècle et aujourd'hui, nous avons perdu 75% de la biodiversité existante", assène Carlo Petrini dans le second numéro de Gibraltar*. Carlo Petrini, c'est le président de Slow Food, excellente association d'origine italienne dont la devise est "bon, propre et juste". Trois adjectifs qui concernent la nourriture, bien sûr : "bonne" pour une nourriture goûteuse, diverse, non standardisée ; "propre" pour une alimentation produite dans le respect de l'environnement ; "juste" enfin, pour traduire le respect envers les communautés qui la produisent.

Ces qualificatifs pourraient s'adresser aux poules dont nous vous parlons dans ce numéro. A l'évidence, leurs oeufs et leur chair sont bons, et leur mode d'élevage - aux antipodes des poulaillers de batterie - respecte l'environnement. Quant à leur "justesse", elle réside surtout dans le lien profond que ces races ont tissé avec les communautés locales qui les ont façonnées au fil des siècles, et dans leur adaptation à un terroir donné. Tout comme les variétés potagères ou fruitières, les races anciennes d'animaux domestiques - poules, mais aussi ânes, chevaux, chèvres, moutons, dindons, oies... - constituent un patrimoine culturel aussi important que notre patrimoine bâti, naturel ou culturel.

Ce patrimoine a failli disparaître, mais ne l'a pas fait. Dans les années 60, les races anciennes de poules étaient moribondes en France. Il y a vingt ans, en 1993, Alain Raveneau en inventoriait 31 seulement dans son Inventaire des animaux domestiques de France. Aujourd'hui, l'association Ferme, qui oeuvre avec succès pour leur sauvegarde, en compte 49. Certaines sont en forte expansion, d'autres encore loin d'être sauvées. Encore un effort, et nous parviendrons à les sortir complètement de l'oubli !

Marie Arnould, rédactrice en chef des 4 Saisons du jardin bio

*Gibraltar - Un pont entre deux Mondes, excellent magazine de longs reportages et récits graphiques, basé à Toulouse, dans le style de XXI. www.gibraltar-revue.com

Potager, verger, ornement, basse-cour, portraits de jardiniers... depuis plus de 30 ans, les 4 Saisons ont le bio pour Adn.

Au fil des saisons, la rédaction partage ses secrets et techniques pour un jardin productif et foisonnant.

Le magazine Les 4 Saisons du jardin bio, c'est aussi un lien fort avec ses lecteurs et des conseils pour une maison écologique et une alimentation saine.

Tous les deux mois, 100 pages d'informations, pour récolter des idées, du potager à la planète...

Découvrez le numéro en cours

© 2008 Terre vivante